Intervenant mercredi à l’inauguration du Food Court de la municipalité de Quatre-Bornes, le ministre des Administrations régionales, Hervé Aimée, a essayé d’expliquer les raisons pour lesquelles il est intervenu en faveur des marchands de plage et des marchands ambulants de Port-Louis et de Quatre-Bornes et non de ceux de Curepipe. Non sans égratigner la presse au passage.
« Mo bizin dir, ki ena enn ti konfizion, sirtou manier ki media raport bann zafer… », a lancé Hervé Aimée en guise d’introduction pour expliquer pourquoi il a, en tant que ministre, autorisé aux marchands ambulants de la capitale de continuer à occuper les rues, alors que la municipalité de Port-Louis avait déjà préparé Decaen Square et l’Immigration Square pour les accueillir, tandis qu’à Curepipe, il a été sourd aux protestations des marchands ambulants qui ne voulaient pas obéir aux injonctions de la municipalité de la Ville Lumière pour occuper le Forum, et qu’à Quatre-Bornes, il a fait une dérogation aux lois pour changer les critères de sélection pour pouvoir loger les 28 marchands de nourriture de la Rue Girofliers au nouveau Food Court situé dans l’ancien emplacement du bureau de poste de la Ville des Fleurs.
« Le 2 desam 2012, finn ena eleksyon minisipal. Ziska resaman, 15/20 zour, tou linfrastriktir ki finn met an plas finn res parey, pa finn azout nanyen, pa finn ena okenn motivasion… O kontrer, mo trouve ki larzan pa pe depanse a bon esian… », a lancé le ministre pour expliquer sa décision à Port-Louis. « An plis de sa, kouma dir, zot pe dikte minis responsab… », s’est-il indigné. « Mo pena responsabilite enn sel local authority… Or mo trouv sa inadmisib… Se pourkwa mo finn pran sa disizion-la Port-Louis », a-t-il ajouté.
Et le ministre de poursuivre : « Kifer sa disizion-la Port-Louis… ki fer pa mem disizion par rapor à Curepipe… a Quatre-Bornes ? », se demande alors Hervé Aimée. L’orateur répond lui-même : « Se parski deza a la meri Quatre-Bornes, lameres ek so lekip, zot ena enn lot lapros… Kan li ena kiksoz pou dir, li dir… Mwa an tan ki minis mo azir an fasilitater… Me bizin ena dialog… Pa kapav enn local authority li decid kouma li kontan ! », a-t-il martelé.
« Finalman, diferans ant Port-Louis ek ici (ndlr : Quatre-Bornes), se ki nou finn gagn isi enn lekip konseye ki reflesi, avek enn lemer ki anvi travay an kolaborasion… », a-t-il encore expliqué.
Parlant un peu plus tôt des marchands de plage, le ministre a affirmé que « se bann dimounn inosan ki bizin gagn zot lavi ».
Hervé Aimée a indiqué par ailleurs que le gouvernement a des comptes à rendre concernant l’utilisation de l’argent des contribuables. « Bizin zer korekteman… Se sa ki mo oblize fer kont serten local authorities ki pa swiv bann tras ki mete pou zot… », a-t-il poursuivi.
Dans ce contexte, le ministre a lancé un subtil appel aux collectivités locales pour une augmentation de la taxe. « Mo remarke ki depi dernier 10-zan, zot pa get zot bann rate ditou. Se pa a mwa dir zot get zot bann rate… zot bad debt », a-t-il affirmé. « Ena bann minisipalite ki finn perdi o mwen 20 % zot otonomi finansier, kot zot ti pou kapav fer boukou plis proze, amenn developman pou zot bann sitadin… », a-t-il ajouté.
Hervé Aimée a également soutenu qu’il a « décentralisé » l’administration régionale à Maurice. Pour soutenir ses propos, il a ajouté que les municipalités et autres conseils de district ont désormais la possibilité de faire des emprunts pour financer leurs projets.
Lors de son intervention, le député Kavin Ramano a fait un vibrant plaidoyer pour la construction d’un marché moderne à Quatre-Bornes et pour la délocalisation de la station des pompiers de la cour de la municipalité.
La maire de la Ville des Fleurs, Rooma Meetoo, a de son côté remercié le personnel de la municipalité et a expliqué la construction du nouveau Food Court dans un souci d’hygiène.