Le Lord-maire Aslam Hossenally, animant une conférence de presse hier après-midi afin de faire le point sur le dossier des marchands ambulants, a indiqué que les 1 737 personnes retenues après les exercices d’Expression of Interest opéreront sur un shift system une fois relogés, à cause du manque d’espace à la Place Decaen (Gare Victoria) et Place l’Immigration (Gare du Nord).
« Il n’a pas été évident pour nous de trouver un consensus avec les parties concernées. L’ancien régime a permis la dégradation de la situation pendant sept ans et nous avons hérité d’une atmosphère chaotique », a déclaré Aslam Hossenally au début de sa conférence de presse. Faisant le procès de l’ancien conseil PTr/PMSD, il a insisté que « la situation à laquelle nous faisons face actuellement est le résultat de l’incompétence de l’ancien conseil ». « D’ailleurs, l’apparition même des marchands ambulants découle de la mauvaise politique en matière d’emploi du gouvernement », a-t-il avancé, avant d’énumérer les initiatives du MMM/MSM pour solutionner le dossier des colporteurs dans la capitale, revenant ainsi sur la proposition d’un Hawkers Palace. Après six mois de travail, le Conseil affirme avoir enfin trouvé la solution au problème des marchands ambulants et compte l’appliquer dans les jours qui viennent.
L’exercice se conclura par un tirage au sort dont la date n’a pas encore été définie pour l’allocation des étals dans les deux sites de relogement. Précisant les critères appliqués par la municipalité, Aslam Hossenally a assuré que « les noms de tous ceux qui satisfont les critères de sélection » ont été pris en considération. Certaines propositions des marchands, dit-il, étaient irréalisables.
Le Lord-maire indique que 1 737 marchands seront relogés à la Gare Victoria et la Gare du Nord selon un shift system, seule possibilité vu le manque d’espace dans ces deux zones, avec 963 étals disponibles. Chaque colporteur travaillerait ainsi quatre jours sur sept la première semaine et trois jours sur sept durant la deuxième, et ainsi de suite. « Une formule favorablement accueillie par les marchands ambulants », affirme le président du Conseil. Le soutenant, le conseiller municipal Phalraj Servansingh explique que « les deux sites opéreront en tant que foires. C’est pourquoi cette décision a été prise sur une base temporaire. C’est le seul moyen de permettre aux marchands de travailler. C’est une solution à visage humain qui protégera tous les colporteurs. Tout le monde est gagnant ». Une fois les mesures mises en pratique, la municipalité appliquera une politique de zéro tolérance concernant la présence des marchands ambulants ailleurs dans la capitale. En attendant, l’administration municipale dit déployer tous les effectifs nécessaires afin de décourager les colporteurs d’opérer dans les rues, principalement dans un rayon de 500 mètres autour du Marché Central, zone où la Cour suprême interdit aux marchands de travailler. « Nous souhaitons que tout se fasse dans la discipline », affirme M. Hossenally. En attendant, un comité technique a été institué afin de réfléchir sur un projet de relogement des colporteurs à long terme, les deux sites choisis devant être utilisés plus tard pour des projets routiers.