Ce qui devrait être une bataille ardue s’est transformé en un champ libre une année après. C’est le moins qu’on puisse dire avec l’assemblée générale élective du Comité Olympique Mauricien. Avec le retrait de la quasi totalité des membres proches du groupe mené par Jean-Michel Giraud — le dernier à avoir tiré sa candidature est Daniel Gérard (handball) — Philippe Hao Thyn Voon, en tant que président, et 8 autres membres en lice pour une place au sein du Comité Olympique Mauricien (COM) sont déjà déclarés élus. Les duels en jeu ce lundi seront entre la Sud-Africaine, Kim Gueho (équitation) et Prem Jodha (football) pour le poste de trésorier, Norbert Froget (cyclisme) — le dernier à avoir quitté le groupe Giraud pour rejoindre celui de PHTV — Kim Gueho (équitation), Prem Jodha (football), Philippe Lee Kam Ching et Josian Valère. De ces cinq candidats, 4 doivent être élus. Au cas où Prem Jodha se retire — ce qui est très probable — dans la course à la trésorerie, il ne devrait pas y avoir d’élection dans ce groupe puisque la candidature de la Sud-Africaine tombe automatiquement, après avoir été élue trésorière.
Campagne ?anti-Buckland
Autre poste où il devrait y avoir une élection c’est pour être le représentant des athlètes chez les hommes. Un duel s’annonce épique entre l’athlète Stéphane Buckland et l’archer Yehya Bundhun. Dans les coulisses, on laisse comprendre que c’est pas gagné pour celui qui demande le renouvellement de son mandat. Une campagne sera en cours en faveur de Yehya Bundhun avec en tête de liste Kaysee Teeroovengadum. Allez savoir pourquoi… Par contre, pour la joueuse de badminton, convertie en politicienne depuis les élections municipales de 2012 sous les couleurs du MMM, les jeux sont faits. Karen Foo Kune est élue sans opposition. Au niveau de la représentation pour une fédération non olympique mais reconnue, le choix se fera entre trois candidats, nommément Parsad Balkissoon(sumo), Georges Li Ying Pin (karaté) et Jonathan César (scuba diving).
Chrono en main, la nouvelle direction du COM devait être constituée quelque 30 minutes après le vote pour ces trois postes. Puisque comme annoncé par Week-End la semaine dernière, Philippe Hao Thyn Voon est déjà élu comme président, suivi de Richard Papi (lutte) comme 1er vice-président, Raj Gaya (badminton) 2e vice président, Poorun Bhollah (haltérophilie) 3e vice-président et Aarti Gulrajani (escrime) 4e vice président. Vivian Gungaram (athlétisme) conserve son poste de secrétaire général, il aura pour adjoint Kaysee Teeroovengadum (volley-ball), alors que pour le poste d’assistant trésorier, Al-Yousuf Bayjoo (tir à l’arc) est déjà élu. Par contre, à la surprise générale, Pascal Telvar s’est donné lui-même un carton rouge. Le président de la Fédération mauricienne de Boxe, voulait postuler pour un poste réservé à une femme. La Commission Électorale a rejeté sa candidature, il aura sans doute le droit de voter dans cette assemblée, si d’aventure il a bien rempli son formulaire.
Une autre bavure ?de la FMN
Par contre, ni candidature ni droit de vote pour la Fédération mauricienne de Natation. La candidature d’Aline Kong, à un poste de membre, n’a pas été retenue par la Commission Electrorale puisque c’est arrivé après le 7 avril. Selon nos informations, le formulaire de la PRO de la FMN est arrivé au bureau du CNOM au lieu de la Commission Electorale. Bis répétita pour la candidature de Mathieu Marquet au poste de représentant des athlètes. Sa candidature a aussi été envoyée au COM. Comme quoi, le secrétariat de la FMN a pris un abonnement toutes options pour les bavures. Cependant, la Commission Électorale ne fonctionne pas de la même façon qu’ Harold Lai, le président de la FMN.
Comme on disait au départ, le groupe de Jean-Michel Giraud a décidé de faire abstraction sur ces élections pour des raisons bien calculées dira son leader. «Je voudrais d’abord remercier ceux qui sont restés soudés dans cette épreuve durant une année où nous avons mené un combat contre les magouilles et les injustices. Certains ont cru et ont participé dans notre combat puis ont choisi, en cours de route, de retourner dans cette voie. Le mouvement sportif les jugera en temps et lieu. Pour ma part, je ne participe pas à ces élections afin de ne pas donner une caution à cette magouille et ce  que j’appelle une déni de justice. Ma plus grosse déception reste le comportement et les agissements du ministre et du ministère de la Jeunesse et des Sports qui se sont ingérés dans cette élection en donnant d’abord la reconnaissance à deux fédérations notoirement fictives. Je ne suis pas le seul à le dire, un juge de la Cour Suprême est de ce même avis», a soutenu Jean-Michel Giraud.