Suite à la réception de la feuille de route émise conjointement par le Comité international olympique (CIO) et l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa), Philippe Hao Thyn Voon a souhaité un travail de concert avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo. Et ce, concernant les amendements à être apportés à l’actuelle Sports Act. Pour rappel, selon la feuille de route, la révision et la finalisation de cette législation devront être effectuées dans un délai de six mois pour que se tienne ensuite l’Assemblée Générale élective du Comité olympique mauricien (COM).
Au cours d’un point de presse tenu hier matin, Philippe Hao Thyn Voon a souhaité que le problème concernant la Sports Act soit résolu au plus vite et que l’AG de l’organisme qu’il préside se déroule le plus vite possible. D’ailleurs, il n’a dirigé aucune attaque contre le MJS, même s’il ne digère toujours pas le fait de n’avoir pas été admis à la réunion tenue entre Devanand Ritoo et les deux émissaires étrangers (Jérôme Poivey et Mustapha Berraf) vendredi dernier.
« Je fais un appel au ministre pour qu’il mette toutes les divergences de côté. Nous voulons une concertation à tête reposée. Si une Sports Act valable est présentée de concert avec le COM et les fédérations, ce sera une aubaine pour Ritoo d’entrer dans l’histoire », a-t-il fait remarquer.
Selon le président du COM, qui avait à ses côtés James Lee Fye, Richard Papie et Aarti Gulrajani-Descann, le délai imposé par le CIO peut paraître trop long. « Avec les recommandations du CIO, les trois quarts du travail ont déjà été effectués. Le ministre devra avoir la même philosophie que le COM pour le bien-être du sport », a-t-il souligné.
Toutefois, Philippe Hao Thyn Voon s’est appesanti sur le fait que le non-respect de la feuille de route pourrait avoir des conséquences graves pour le sport mauricien. « Ce n’est pas une fédération, mais le CIO qui a fait parvenir cette feuille de route. Nous pouvons nous exposer à une suspension par exemple. Imaginez alors que Maurice ne pourra même pas participer aux Jeux des îles. Ce seront les sportifs qui paieront les pots cassés. » Il a cité l’exemple de l’Inde, actuellement sous le coup d’une suspension en raison de l’ingérence ministérielle et a rappelé la suspension du volley-ball mauricien au cours des années 1990, toujours en raison d’une ingérence ministérielle pour la destitution de président de la fédération.
Lacunes
Par ailleurs, concernant l’AG élective renvoyée en deux occasions, Philippe Hao Thyn Voon s’est dit déçu que le groupe adverse ait porté l’affaire en Cour suprême. « C’est malheureux. L’item concernant l’affiliation des cinq nouvelles fédérations était à l’agenda et aurait pu être débattu entre les membres présents. » Selon lui, si les élections s’étaient effectivement tenues, le groupe qu’il dirige l’aurait emporté. Il évoque dans ce contexte le fait que rien que dix membres étaient présents lors de la réunion organisée par le groupe adverse le 4 avril dernier. D’accord qu’il existe également des lacunes dans les statuts du COM, le président de cet organisme confirme qu’il a fait appel contre le ruling du juge Domah concernant l’éligibilité des cinq nouvelles fédérations. « Nous respectons le verdict de la cour, mais le jugement est basé sur une Sports Act à être amendée. »
Reste désormais à connaître la position de Devanand Ritoo. D’ailleurs, ce sujet concernant les amendements à être apportés à la Sports Act a été évoqué lors de la séance parlementaire de mardi dernier. Suite à une interpellation du député de l’opposition Franco Quirin, le ministre de la Jeunesse et des Sports avait apporté la réplique suivante : « I have to inform the House that my ministry had targeted the introduction of the Draft Sports Amendment Bill in the National Assembly during the current session. However, the International Olympic Committee submitted new proposals for amendment at the end of November last. These proposals have been examined and the valid ones have been incorporated in the Draft Legislation which is being vetted by the State Law Office. I am now expecting to introuce the Bill in the next session of the National Assembly. »
Par ailleurs, Philippe Hao Thyn Voon a souhaité que le problème concernant l’haltérophilie soit réglé et aura ainsi une réunion de travail avec Vanina Cadressen, représentante du ministère de la Jeunesse et des Sports. D’ailleurs, Nundkishore Fakun, président non-reconnu par le MJS, a effectué une demande de Judicial Review à la cour. Quant à la réunion du Conseil international des Jeux (Cij) et l’organisation des prochains Jeux des îles en 2015 à l’île de La Réunion, le président du CNOM et également du Cij a soutenu que le Cros (Comité régional et d’organisation sportive) n’a toujours pas obtenu le feu vert de l’État français concernant le financement de cette manifestation.