Ceux qui étaient dans le secret des Dieux savent depuis jeudi soir que la tenue de l’assemblée générale élective du Comité National Olympique (COM) n’allait pas avoir lieu  le jeudi 14 mars. Une réunion convoquée à partir de midi  jeudi pour 17h30 le même jour et qui fut longue de 90 minutes n’a fait que confirmer la nouvelle qui est partie comme une trainée de poudre. «The Executive Committee of the MOC has decided at its meeting held on 07/03/13 at 17.30hrs at the seat of MOC at 2nd Floor, Labourdonnais Court, St. Georges St, Port-Louis to postpone the AGA and the SGA scheduled on 14.03.13 at  16.00hrs & 17.15hrs respectively at Gold Crest Hotel, St. Jean Rd, Q.Bornes to 04/04/13, at the same time and place after the said Committee had reasonably reckoned that its autonomy has been infringed by external parties to disrupt the smooth running of this election. We are therefore making use of Article 4(2) of the COM statutes as amended on 19.08.11 and the Olympic Charter Para 27.6 to protect our autonomy.»
C’est le bref  communiqué émis par le COM — qui ne porte cependant pas de signature — pour justifier un renvoi de 20 jours d’une assemblée qui s’annonce de tous les dangers. De mémoire de journaliste jamais le Comité Olympique Mauricien, surtout à la veille d’un exercice de renouvèlement de son exécutif s’est retrouvé dans une telle situation. Une situation qu’il se voit forcer de repousser une élection en s’appuyant sur l’Article 4 (2)  de ses statuts et l’Article 27.6 de la Charte Olympique qui stipule que le COM «must preserve its autonomy and resist all pressure of any kind, including but not limited to political, legal, religious or economic pressure which may prevent it from complying with the Olympic Charter.»
La balle est partie, mais…
La balle est donc partie, mais qu’en est-il exactement de ces external parties qui est en train de «infringed  its autonomy»? Cette question le président du COM n’est pas très limpide dans la réponse qu’il a donnée hier après-midi à Week-End. Néanmoins, Philippe Hao Thyn Voon affirme avoir des preuves qu’il avance pour étayer ses dires. Il va sans dire que c’est un autre débat à suivre dans cette joute électorale qui se joue pour le contrôle du COM. Cependant comme le dit l’adage, il faut s’attendre à une réaction à toute action.
Le renvoi de l’assemblée générale pour le 4 avril et la publication de la liste des délégués votant et des candidats n’a pas été sans conséquence. Dans l’après-midi de vendredi, Alain St-Louis au nom de la FMTri (Fédération mauricienne de Triathlon)a juré une affidavit à la cour Suprême pour contester l’éligibilité de 6 présidents-secrétaires, qui ont été délégués pour voter à cette assemblée. Ils sont Doreen Tiborcz (natation), Phoorun Bhollah (haltérophilie), Geraldo Martin (secretaire escrime), Dianathsingh Jankee (aviron), Nitesh Vijloll (hockey), et Raibidranath Rahul Bisseur (canoë-Kayak). A noter que le pentathlon moderne ne figure pas sur cette liste.
Dans sa plainte de plus de 40 pages, Alain St-Louis demande au juge une injonction  «preventing and prohibiting» (1) Philippe Hao Thyn Voon et le Comité National Olympique pour donner un «membership» aux fédérations d’escrime, aviron, hockey et de canoë-kayak; (2) interdire à Doreen Tiborcz (natation), Phoorun Bhollah (haltérophilie), Geraldo Martin (escrime), Dianathsingh Jankee (aviron), Nitesh Vijloll (hockey) et Raibidranath Rahul Bisseur (canoë-kayak) de participer à l’AG et l’AG Spéciale du COM prévue pour le 14 mars (renvoyée pour le 4 avril). Le secrétaire général de la FMTri demande aussi que le juge donne un ordre «mandatory» afin que le COM et Philippe Hao Thyn Voon organise l’assemblée générale du 14 mars comme prévue «in strict accordance with the provisions of the relevent laws, namely the Sports Act» sous la supervision de la Commission Electorale.
Le juge Domah à qui cette affaire a été confiée a appelé les parties concernées en cour Suprême le 13 mars aux alentours de 10h30. Mais la plainte d’Alain St-Louis vient comme un pavé dans la mare avec des accusations à peine voilées sur ce qui pourrait être appelé la méthode Hoa Thyn Voon. En effet, l’auteur de l’affidavit indique que la Règle 29 de la Charte Olympique stipule que les «NOC» doivent, avant d’accepter un nouveau membre, s’assurer que la fédération en question «must exercise a specific, real and on going sport activity» et être affiliée à sa fédération internationale. Entre autre, la section 8 (1) du Sports Act est aussi citée dans le document déposé à la cour Suprême où il est question qu’avant d’opérer une fédération ses responsables doivent faire une demande écrite au MJS. Au cas contraire, elle ne peut se considérer comme une fédération nationale.
Unethical practices
Après avoir listé les fédérations olympiques, comme indiqué dans le Sports Act, Alain St-Louis souligne que le président sortant est candidat pour le même poste lors de la prochaine assemblée générale du COM. Le secrétaire général de  la FMTri ne passe pas par quatre chemin pour accuser Philippe Hao Thyn Voon de «unethical, corrupt and illegal practices» pour influencer «the outcome of the upcoming MNOC elections in his favour».  Ainsi  ces élections, soutient Alain St-Louis ne sont pas «free, fair, valid and lawful.»
Dans la foulée, Alain St-Louis établit le lien professionnel entre Philippe Hao Thyn Voon et les secrétaires des fédérations d’escrime, aviron et hockey qui, dit-il, sont les employés de la compagnie du président du COM. La plainte d’Alain St-Louis souligne aussi que la reconnaissance de ces quatre nouvelles fédérations est en violation à l’Article 29 de la Charte Olympique et sont donc des fédérations fictives. Dans le cas de l’escrime, Alain St-Louis avance  que le ministère des Sports et le COM avaient pris les dispositions nécessaires pour que Satya Gunput pourrait «exceptionnellement» participer aux JO de Londres «under the aegis» du COM avec l’approbation de la Fédération Internationale d’Escrime. «Il n’y a de ce fait aucun club d’escrime ou des athlètes qui pratiquent ce sport à Maurice», soutient Alain St-Louis.
Natation et haltérophilie suspendues
Dans le cas de la natation et de l’hatérophilie, le secrétaire général souligne que ces deux fédérations ont perdu leur reconnaissance sous la Rule 3 (3) (ii) du 4e Schedule du Sports Act. «Ainsi leurs représentants ne sont pas éligibles pour être membres du COM et de ce fait ils ne peuvent pas participer  à l’assemblée générale du COM», soutient encore une fois Alain St-Louis. Ce dernier cite dans sa plainte deux extraits de procès verbaux dans le cas de la natation où il a été décidé que cette discipline ne sera pas présente à l’AG du COM, avant que ne soit mis en place un nouveau comité directeur pour la FMN.
Pour l’auteur de la plainte, des dommages importantes sont à prévoir pour ces sports et à Maurice en général si le droit est donné au COM pour affilier les 4 nouvelles fédérations et si aussi tout ce beau monde est autorisé à participer et voter à l’AG du COM. En attendant le main case, Alain St-Louis demande donc au juge un jugement interlocutoir contre ces six fédérations.