À l’occasion de la journée de l’olympisme observée à travers le monde vendredi dernier, le Comité Olympique Mauricien (COM) a réuni la presse la veille au Ram Ruhee OlympAfrica Center, à Trianon, dans le cadre de ces célébrations à Maurice. Ainsi, après Goodlands l’année dernière, c’est au tour du village de Grand-Baie d’accueillir l’Olympic Day organisé par le Comité olympique mauricien (COM) en partenariat avec King Savers pour la troisième fois consécutive.
Plus de 1 500 participants, venant des différentes fédérations sportives, sont attendus au Mon Choisy Mall, qui se situe à proximité de Grand-Baie La Croisette, à partir de 7h30, où plus de 150 athlètes prendront part au marathon de 21 km. Puis à 10h, le COM procédera à la marche traditionnelle qui débutera devant l’église des St Anges Gardiens, à Grand-Baie, sous la conduite de l’orchestre de la police pour finir au Mon Choisy Mall, où plusieurs activités sont prévues, notamment la projection du discours de président du Comité International Olympique, Thomas Bach.  
Calendrier d’activités pour 2017-2020
Par ailleurs, le COM en a aussi profité pour présenter son calendrier d’activités, qui s’étale jusqu’en 2020 avec de grands rendez-vous sportifs à l’agenda. Le prochain à venir : les Jeux du Commonwealth Junior aux Bahamas du 18 au 23 juillet. La délégation mauricienne est composée de sept personnes, dont trois accompagnateurs, Richard Sunee, Corine Remillah et Yousouf Bayjoo, en tant que team leader. Côtés athlètes, Maurice sera représentée par deux boxeurs, David L’Éveillé et Damien Hélène, une nageuse, Camille Koenig, et une athlète de demi-fond, Angelica Natchoo. Puis du 21 au 30, Maurice participera aux Jeux de la Francophonie à Abidjan en Côte d’Ivoire avec Philippe Hao Thyn Voon, président de la COM, comme chef de la délégation.
En 2018, du 4 au 15 avril, ce sera au tour de Kaysee Teeroovengadum, secrétaire générale de la COM, d’endosser cette responsabilité pour les Jeux du Commonwealth, qui se tiendront au Gold Cost en Australie. Les autres événements de 2018 sont : les Jeux Olympiques Jeunes à Buenos Aires (Argentine) et les Jeux d’Afrique Junior (17-21 juillet) en Algérie. Pour la période de 2019, au menu, les premiers jeux des plages qui se tiendront à Cap Verde, les 10es Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) à Maurice (20-28 juillet) et les Jeux d’Afrique en Guinée Equatoriale. Et pour boucler le calendrier, les JO de Tokyo en 2020. À savoir qu’en septembre, les bourses olympiques seront attribuées plutôt cette fois-ci, soit en septembre du mois courant, trois avant des olympiades japonaises au lieu de deux. Les candidatures se feront en ligue uniquement.
38 000 livres de fonds de développement
Pour en revenir aux Jeux de Commonwealth de Gold Coast, désormais, le nombre d’athlètes qui bénéficieront du fonds de développement de 38 000 livres a été revu à la baisse par les organisateurs des Jeux du Commonwealth, nous dit Kaysee Teeroovengadum. « C’est Gold Coast qui choisira les athlètes à aider parce qu’ils ont vu qu’il y a trop d’athlètes qui viennent faire du tourisme, alors qu’eux veulent que les jeux soient compétitifs. Pour bénéficier de ce fonds de développement, il y a des critères à respecter. Entre autres, Gold Coast veut connaître quelles sont les chances des athlètes de finir au moins au pied du podium ». Aussi, les délégations devront être réduites. « Auparavant on partait avec une soixantaine d’athlètes composant une délégation de 120 personnes. Maintenant, on a droit à une délégation de 90 personnes (43 sportifs) maximum », souligne-t-il.
Comité Réquin
Autres sujets abordés, la création de six commissions (voir ci-dessus) pour une bonne gestion et développement du sport et des sportifs à Maurice. Le président et le secrétaire général du COM se sont aussi attardés sur le judo en affirmant que « le comité temporaire dirigé par Gérard Réquin mis en place par la Fédération mauricienne depuis janvier 2017 n’a jamais été démantelé. Au contraire, il a été renouvelé jusqu’au mois d’août », précise Kaysee Teeroovengadum, avant d’ajouter que « seulement huit clubs sont conformes aux règlements de la Sports Act 2016 et le Registrar of Associations, il y en a cinq à Maurice et trois à Rodrigues. En termes de quorum, ça ne nous donne pas un comité durable car si les Rodriguais ne viennent pas que fait-on?? ». Pour régler le problème, une lettre a déjà été envoyée à l’Union africaine de Judo l’informant que le COM met en place un caretaker committee qui sera dirigé par Gérard Réquin pour une période de 18 mois, et ce, sans que les judokas ne soient pénalisés dans la pratique de leur discipline.