» C’était le rêve de Ram d’avoir un musée olympique à Maurice, car il voulait que les exploits de Bruno Julie et des autres athlètes qui ont brillé ne tombent pas dans l’oubli « , a déclaré Devi Ruhee, épouse de  feu Ram Ruhee, hier matin lors de l’ouverture du musée olympique, soit le Ram Ruhee Olympafrica Centre, hier à Trianon. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce vieux rêve est devenu aujourd’hui réalité. A noter que plusieurs personnalités étaient présentes au cours de cette cérémonie dont le Premier ministre adjoint, Xavier Luc Duval, le président de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), le général Lassana Palenfo, et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, entre autres.
Lors de la cérémonie d’hier, Devi Ruhee n’a pas manqué de saluer la mémoire de son défunt époux qui, a-t-elle fait remarquer, a consacré toute sa vie au développement du sport, à Maurice, mais également au niveau régional et international, après avoir été membre de la Confédération africaine de Football (CAF), de la Fédération internationale de Football Association (FIFA) et du comité international olympique (CIO).  » En mon nom personnel et celui de mes enfants, je remercie le CIO et le comité olympique mauricien, qui ont matérialisé ce rêve « , a-t-elle déclaré. Elle a aussi partagé un moment très fort de la vie de Ram Ruhee lorsque le boxeur Bruno Julie avait remporté la médaille de bronze, lors des Jeux olympiques de Pékin (Chine) en 2008.  » Lorsque Bruno Julie a été médaillé de bronze, Ram était alité. Il était en larmes et heureux d’avoir accompli une mission. Il était satisfait d’avoir pu placer Maurice sur la carte internationale du sport », a-t-elle raconté. Elle n’a également pas manqué de rappelé que Ram Ruhee et Jean Roland Delaître ont été les fondateurs du comité olympique mauricien (COM).
Pour sa part, le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon, s’est dit fier que cinq ans après la pose de la première pierre du musée olympique, soit un 16 décembre 2010, par le président de la République d’alors, Sir Aneerood Jugnauth, que ce projet s’est concrétisé avec le soutien de la Solidarité olympique, la FIFA et l’ACNOA. Emporté par l’émotion, il a même essuyé quelques larmes avant d’avancer que le COM a contribué à la hauteur de 400 000 US dollars dans la construction du Ram Ruhee Olympafrica Centre. Philippe Hao Thyn Voon a également rendu hommage au regretté Ram Ruhee pour le gros travail entrepris au niveau du sport mauricien en sa capacité d’ancien secrétaire-général du COM. D’autre part, il a indiqué qu’à travers l’Olympafrica, Maurice a organisé, en mai dernier et ce, en collaboration avec la Mauritius Football Association (MFA), une compétition de FutbolNet avec la participation des Seychelles et des Comores. Pour conclure, Philippe Hao Thyn Voon a indiqué que le bureau du COM se trouvera désormais à Trianon dans ce bâtiment.
Le général Palenfo a, lui, indiqué que  ce centre est un outil pour la jeunesse et destiné au mouvement sportif national.  » C’est un nouveau défi qui engage toute la jeunesse mauricienne. Je suis aussi heureux de voir l’importance qu’accordent les autorités nationales au développement de l’activité physique qui demeure au centre des priorités. Je dirai aussi que Maurice est un pays tourné vers le progrès et le développement et que le COM est animé d’un enthousiasme pour promouvoir les valeurs olympiques « , a-t-il déclaré. Pour sa part, le ministre Yogida Sawmynaden a dressé un portrait de feu Ram Ruhee et avancé que ce dernier a été impliqué dans l’organisation des compétitions majeures comme la Coupe du monde et les Jeux olympiques en tant que membre de ces organisations internationales.
A noter qu’à la fin de la cérémonie protocolaire, cinq oliviers ont été mise en terre par Xavier Luc Duval, Philippe Hao Thyn Voon, Yogida Sawmynaden, Lassana Palenfo et Devi Ruhee.