Les relations bilatérales n’existent pas qu’en politique ou en diplomatie. Les comités olympiques s’y mettent également. C’est le cas pour le Comité Olympique Mauricien qui est à la recherche d’un jumelage avec son homologue chinois. L’information nous a été, en effet, confirmée par le président du COM, Philippe Hao Thyn Voon. La demande des comités olympiques de Maurice et de la Chine se trouve effectivement devant le Comité International Olympique (CIO) qui n’a pas encore donné son feu vert.
Pour le président du COM, cette demande ne devrait pas se retrouver face à des obstacles majeurs puisque cette pratique est courante dans le monde. «Les comités olympiques du monde entier, notamment dans des pays comme Maurice avec très peu de moyens à différents niveaux, cherchent des jumelages pour aider leur sport. Nous avons entamé des démarches vis-à-vis du comité olympique chinois pour diverses raisons», explique à Week-End le président du COM.
L’une des raisons qui motivent cette démarche n’est nul autre que le soutien technique que Maurice pourrait bénéficier de la Chine. «Maurice a une longue relation avec la Chine sur les échanges des compétences au niveau des entraîneurs et beaucoup de nos sportifs, notamment en tennis de table, vont en Chine pour se perfectionner par le biais des relations d’état à état. Une fois que ce jumelage aura été fait nous serons à même de mieux consolider ces échanges et surtout mieux les canaliser vers des disciplines qui ont des besoins prioritaires», rappelle le président du COM.
Philippe Hao Thyn Voon souligne que pour l’heure les démarches sont en bonne voie et l’accord du CIO ne devait pas tarder. En effet, lors de son déplacement à Bangkok tout récemment , lors de l’Assemblée Générale de l’Assocaition des Comités Nationaux Olympique (ACNO), le président du COM a évoqué ce dossier avec les responsables du CIO. «Ils se sont montrés très favorables à cette démarche, mais les procédures y relatives doivent être suivies», dira encore le président du COM. «Si dans le cadre de la préparation des JIOI à La Réunion, ce jumelage nous permet d’avoir le soutien technique des Chinois, ce sera sans aucun doute une bonne chose pour les fédérations engagées dans ces Jeux», soutient notre interlocuteur.
JIOI: statu quo
Concernant justement le dossier des 9es JIOI où il existe encore un problème sur les dates (1er au 8 août 2015) et où certaines questions techniques n’ont pas encore été réglées, le président du COM et qui est aussi président du Conseil International des Jeux (CIJ) dit toujours attendre les propositions des CNO engagés dans les JIOI. «Valeur du jour, c’est toujours au stade des discussions, mais il n’y a pas encore de produits concrets pour pouvoir convoquer une réunion du CIJ avant la fin de l’année comme je l’avais souhaité», dira Philippe Hao Thyn Voon.
Rappelons que les fédérations de natation de Maurice, des Seychelles, des Comores et de Madagascar réclament un changement dans les dates des Jeux. Ceci en raison du fait que la tenue des 9es Jeux des Iles coïncide avec la tenue, au Kazan, en Russie, des Championnats du Monde de natation. Une épreuve importante puisque pour les pays cités se joue une qualification pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016.
Par ailleurs, lors de son séjour à Bangkok, en Thaïlande, le président du COM a signé, au nom de Maurice, l’Anti Doping Code. Une démarche qui pousse toutes les fédérations à Maurice, olympiques et non olympiques, mais reconnues, à inclure dans leurs statuts cette code.