Malgré l’annonce émise vers 13h30 hier du renvoi à une date indéfinie de l’assemblée générale élective du Comité olympique mauricien (COM) par le président Philippe Hao Thyn Voon, la bande d’opposants menée par Jean-Michel Giraud s’est rassemblée hier après-midi à 16h à l’hôtel Gold Crest à Quatre-Bornes. Et ce, afin de constituer « une petite assemblée en guise de soutien envers les lois du pays » suite au verdict émis en sa faveur, la veille, par la cour dans la bataille légale qui l’oppose au COM.
Le fait marquant de cette réunion demeure que le groupe a déclaré que le COM a commis un outrage à la cour en reportant de nouveau ces élections. « L’ordre de la cour n’a pas été respecté », a affirmé Jean-Michel Giraud. Des propos corroborés par l’avoué Gilbert Noël.
Cette « petite assemblée » telle que l’a qualifiée Jean-Michel Giraud était composée des délégués des fédérations sportives qui, pour la première fois depuis le début de la campagne élective du COM, se sont révélés à visage découvert. On y notait ainsi la présence de Daniel Gérard (handball), Patrick Bradshaw (rugby), Mario Hung Wai Wing (taekwondo), Christophe Curé (golf), Alain St Louis (triathlon), Joseph Mounawah (judo), Norbert Froget (cyclisme), Jean-Edgar Merle (voile), Adrien Werhli et Nitin Busguth (squash) et surtout Rajiv Rajcoomar (boxe), l’actuel deuxième vice-président du COM qui se pointa après les autres, vers 16h15.
La présence de ce dernier permettait aux autres membres d’avancer que le quorum était atteint pour que la réunion puisse se tenir. Également présents, Poorun Bhollah, secrétaire de la Fédération mauricienne d’haltérophilie (FMH), qui n’est actuellement pas reconnue par le MJS, l’avoué Gilbert Noël et Harold Iyenpermal, huissier de justice libérale.
Mais cette séance fut néanmoins ouverte par un souhait de bienvenue lancé par Mario Hung Wai Wing, troisième vice-président du COM. « Comme vous le savez, nous devions avoir les élections aujourd’hui (hier). Mais les membres et moi avons été informés à 14h par le COM du renvoi des élections à une date ultérieure sans donner d’explications quant à la cause du renvoi qui reste floue. Nous ne sommes pas là pour faire les élections, mais nous respectons le verdict du jugement rendu en cour et pour montrer que nous sommes onze membres présents », a-t-il d’entrée déclaré.
Enough is enough !
Lui succédant, Jean-Michel Giraud s’est dit « choqué de la décision prise à la dernière minute » quant au renvoi de l’AG par le COM. « J’ai été prévenu vers 14h30-14h45 que l’AG allait être renvoyée pour des raisons pratiques sans en donner la cause avec pour résultat que le COM agit de manière illégale. Il aurait dû organiser les élections après quatre années. Nous croyons que nous avons gagné une bataille légale grâce à Alain St Louis et notre homme de loi Novin Proag. Enough is enough ! On ne peut continuer à badiner avec le sport et les sportifs mauriciens. Jamais le sport n’est tombé aussi bas avec les crises secouant les fédérations, les bagarres incessantes entre le MJS et le COM. Les problèmes perdurent, car certaines personnes ne voulaient pas appliquer la Sports Act de peur de perdre le soutien du MJS. Le juge a parlé de l’affiliation des cinq nouvelles fédérations (ndlr : escrime, canoë-kayak, aviron, hockey et pentathlon moderne) qui sont comme un virus pénétrant dans le corps du COM et du sport mauricien. C’est grave. Il a aussi déclaré que les délégués des fédérations illégales doivent passer par les élections avant de siéger dans l’assemblée générale élective du COM », a-t-il pesté.
Il a poursuivi en disant qu’« aujourd’hui (hier), nous avons prévu de maintenir cette assemblée pour respecter les lois du pays. Je sais que nous serions plus nombreux n’étaient les pressions exercées sur d’autres fédérations. Je suis heureux de voir que les dirigeants présents font primer l’intérêt du sport avant tout » et a déploré le renvoi des élections par le COM dans le temps.
À l’heure des motions, Patrick Bradshaw a déclaré qu’il voulait que soit noté que leur assemblée générale était légale « étant donné que nous avons le quorum. » La motion fut retenue. Selon Jean-Michel Giraud, « vers 14h30/15h, Vivian Gungaram (secrétaire général du COM) s’est dit absolument contre le renvoi de l’AG élective. Personne n’a été consulté pour décider du renvoi, ce qui n’est même pas légal. On ne va pas rester tranquilles. Nous allons consulter dans les prochains jours nos hommes de loi pour voir les actions à prendre pour que le COM ne diffère pas la tenue des élections plus longtemps et pour établir un comité. Nous allons pousser le COM à rendre compte de son bilan financier dans les meilleurs délais. »
Charte olympique
Sur quoi Edgar Mayer a souhaité savoir ce qui empêchait le quorum présent de passer cette motion. « Nous ne disposons pas du procès verbal de la précédente assemblée, ni du rapport financier », a expliqué Jean-Michel Giraud. Par contre, tous les délégués présents ont soutenu à l’unanimité, à mains levés, la motion d’imposer une date butoir au COM pour la tenue de nouvelles élections « qui marquera la fin d’une page noire du sport mauricien », estime Jean-Michel Giraud. Patrick Bradshaw a également déclaré que « beaucoup de personnes ont été prévenues du renvoi des élections par un appel téléphonique et non par mail. »
De son côté Alain St Louis a indiqué les raisons qui l’ont poussé à se tourner vers la justice. « Lors de ma rencontre avec Jérôme Poivey (émissaire du Comité international olympique) ce matin (hier), je lui ai expliqué que c’est en apprenant que les cinq nouvelles fédérations sportives étaient déjà affiliées au COM que j’ai décidé d’aller en cour et de ne pas attendre la tenue de l’AG pour en parler. On n’avait plus le choix que d’attaquer, car la charte olympique n’avait pas été respectée par le président du COM. Et puis l’absence d’un tribunal d’arbitrage des sports à Maurice nous a contraints à nous tourner vers la justice », a-t-il soutenu.
Après une pause d’un quart d’heure, il fut constaté à 17h 15 par le huissier de justice présent qu’« aucune provision n’avait été faite pour l’organisation de l’AG élective du COM suivant l’ordre émis par le juge Bhushan Domah. Le COM n’a pas fait appel au Commissaire électoral tel que le juge l’a mentionné », a conclu Jean-Michel Giraud avant de clore cette assemblée.