Dans son combat contre la pauvreté, le gouvernement a élaboré six mesures phares. Celles-ci, soutient-il, permettront non seulement d’alléger la pauvreté à Maurice mais également d’autonomiser ceux qui se trouvent au bas de l’échelle.
L’annonce de ces six piliers a été faite mercredi matin par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, lors de l’ouverture de la 8e conférence de l’Africa-China Poverty Reduction and Development sur le thème « joining hands to meet new challenges in poverty reduction » à l’hôtel Intercontinental, à Balaclava. Le premier pilier de cette stratégie est la conception d’un plan inclusif où le développement économique débouchera sur des opportunités d’emplois pour les familles au bas de l’échelle. L’investissement massif dans la formation pour tous est aussi un élément important de cette stratégie. Selon le PM, il faut s’assurer que les chercheurs d’emplois soient pourvus de compétences afin qu’ils soient employables et ainsi participer à la croissance économique du pays.
Le troisième pilier de ce plan est l’élaboration d’un réseau solide de la Sécurité sociale en soutenant les familles. « Les soutiens directs sont importants pour les familles pauvres, les personnes âgées ou pour ceux ayant subi des accidents. Il est de notre devoir de soutenir de telles familles », dit-il. L’autonomisation des familles démunies à travers un contrat social fait partie des mesures annoncées par Pravind Jugnauth. Toutefois, dit-il, les bénéficiaires doivent être engagés et démontrer du progrès. « Le combat contre la pauvreté comprend aussi le combat contre la drogue, la prostitution, l’alcoolisme et la prostitution infantile, entre autres », soutient le PM. De plus, il avance que le plan permettra de lutter contre le transfert intergénérationnel de la précarité absolue. « On ne peut clairement définir la souffrance des familles qui vivent dans la pauvreté absolue », dit-il. Pravind Jugnauth regrette que le continent africain, « aussi riche qu’il soit », abrite les gens les plus pauvres de la planète.
Faisant également état du Plan Marshall dans le combat contre la pauvreté, Pravind Jugnauth avance : « Nous espérons que personne ne vivra dans la pauvreté absolue à Maurice. » Toutefois, lors de cette conférence, il devait affirmer que l’autonomisation peut être un long processus. De ce fait, il prône un équilibre entre l’autonomisation et le soutien financier. Par ailleurs, il avance que la pauvreté est moindre dans les pays où règnent le calme et l’engagement politique.
Lors de cet événement qui a réuni des délégués venant de Chine et d’Afrique, le ministre de l’Intégration sociale, Alain Wong, a annoncé la reproduction d’un modèle d’internat qu’il a vu à Shenzhen, en Chine. « Cet internat offre des cours aux enfants des familles pauvres », indique-t-il. Par ailleurs, il a souligné que son ministère travaille en ce moment sur « l’élaboration d’un plan à partir de la base de données des bénéficiaires » qui sont dans le registre social du pays. « Ce plan sera un outil important pour repérer les poches de pauvreté et permettra ainsi à la communauté et les parties concernées de travailler ensemble pour lutter contre la pauvreté », dit-il.