Le Comité diocésain 1er février a réuni la presse ce matin pour faire part de sa position face aux nombreux débats sur Agalega, qui ont récemment pris une certaine ampleur. Jean Claude Jance, porte-parole du comité, lance un appel pour que les débats soient centrés uniquement sur la situation et les problèmes des habitants. « Le plus important dans toute cette affaire est de comprendre leurs problèmes et de trouver des solutions. N’en faisons pas une affaire personnelle », a déclaré M. Jance. À cet effet, le comité suggère de prendre en considération le rapport de Jimmy Harmon et celui de la Truth and Justice Commission.
À part quelques avancées ça et là, Agalega accuse un retard considérable en termes de développement. Pour le Comité diocésain 1er février, c’est en effet sur les problèmes des habitants d’Agalega que le gouvernement mauricien devrait s’attardé. Ces personnes, indique M. Jance, font face à d’énormes problèmes qui ont perduré depuis des années et elles ont besoin de notre soutien. Le porte-parole du comité propose de mettre de côté tous les conflits personnels et de travailler de façon commune pour trouver une solution pour les Agaléens. Ces derniers font toujours face à des difficultés dans plusieurs domaines. M. Jance explique que les écoles primaires ne disposent que de que deux salles de classe. À cet effet, le comité propose de prendre en considération le rapport rédigé par Jimmy Harmon de l’ICJM qui évoque les difficultés de ces personnes. « Finalite sa rapor-la se zisteman fer bann propozisyon pou amelyor kondisyon lavi bann abitan, donn zot mem drwa kouma tou sitoyen repiblik e sirtou met enn frin lor sertenn pratik ki devaloriz nou an tan ki morisyen apre 45 ans indepandans », soutient pour sa part M. Harmon. Il ajoute par ailleurs que leur rôle n’est pas de se sustituer à l’État mais surtout de faire des propositions. À noter que ce rapport intitulé « Special Report Agalega : The Green Jewel in the Maritim Republic of Mauritius » traite de la vie à Agalaga et des problèmes auxquels font face les habitants. Ce document a été écrit lors d’un séjour de Jimmy Harmon sur l’île où il a eu l’opportunité de constater la situation et d’aller à la rencontre des gens. Une copie du rapport, rédigé en décembre 2012, a été soumis au Premier ministre.
Outre ce rapport, le comité diocésain demande aussi de prendre en considération le constat de la Commission Justice et Vérité surtout en ce qu’il s’agit des infrastructures aéroportuaires et portuaires, de l’éducation et la formation, de la santé. « Agalega has a bright future ahead. The residents may hold the key to their own success, but alone, they will never succeed. All stakeholders, including elected membres of Consituency N° 3, ministry of Local government and outer islands, the OIDC, the Island Council, l’association Les Amis d’Agalega, the Church and all other groups or individuals who have an interest in Agalega, should join together for a master plan for a modern Agalega », relève le rapport. Ainsi, M. Jance a indiqué que tout projet de développement pour Agalega devrait inclure la participation des habitants.