Les premières vagues du tsunami annoncé auraient-elles déferlé sur le PTr déja? C’est la question que se pose l’opinion publique après les changements effectués à l’intérieur du parti durant la semaine écoulée, suivant la tenue du comité éxécutif du PTr. Ainsi du poste de responsable de communication, Nita Deerpalsing se retrouve nommée à la présidence de l’aile jeune cédant sa place à un ex-MMM en la personne d’Abdullah Hossen, député de Port-Louis-Sud/Port-Louis-Central (no 2) qui a rejoint le PTr peu avant les législatives de 2010. La députée de Belle-Rose/Quatre-Bornes a été nommée présidente de l’aile jeune des rouges, à la place de Dhiraj Khamajeet, qui prend lui le poste d’assistant secrétaire général.
Si Nita Deerpalsing affirme être « heureuse de relever le défi », en dépit de ce qu’elle insiste à dire, l’opinion publique aura déjà compris, avec l’ascension fulgurante d’Abdullah Hossen, que la tumultueuse lieutenant de Navin Ramgoolam a perdu du gallon, Navin Ramgoolam concédant à ce changement de taille à la tête du PTr.
Par ailleurs, l La tradition au PTr voulant que la même personne ne puisse cumuler le poste de secrétaire général et celui de ministre, l’exécutif du PTr, a finalement donné son « dû » à la député rouge du No 4, Kalyanee Jugoo, qui est devenue ainsi, la nouvelle secrétaire générale est Kalyanee Juggoo en remplacement de Lormus Bundhoo, ministre de la Santé depuis 2010. Patrick Assirvaden réélu dimanche au congrès annuel tenu par le PTr qui fêtait son 77e anniversaire, demeure lui Président des rouges.
Cette réunion de l’éxécutif travailliste survient après le 71ème congrès du PTr tenue dimanche dernier au centre Swami Vivekhananda, devant une salle comble composée de partisans véhiculés par la centaine d’autobus réservés à cet effet. Si certains habitués de ce type de manifestation affirment que l’ambiance rouge traditionnelle n’y était pas vraiment, le premier ministre Navin Ramgoolam n’a pas de son côté ménagé sa détermination et sa fougue habituelle. Certes il a mis plus l’emphase sur ses adversaires du moment, les Jugnauth, et villipendé sa cible préférée, la presse et les journalistes, qualifiés de semi-intellectuels, que sur l’avenir du pays mais il a surtout voulu rappeler qu’il était bel et bien présent après ses déboires personnelles de la fin et du début de l’année. Comme pour montrer que tout va bien, il a esquissé un pas de danse avec son épouse.