Commentant la possibilité évoquée, vendredi, notamment par sir Anerood Jugnauth, que le MSM pourrait ne pas voter en faveur de la réforme électorale, Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, a estimé hier que, comme entre 2000 et 2005, l’ex-partenaire de son parti au sein du défunt Remake avance des “prétextes pour mettre des bâtons dans les roues”. Le leader de l’opposition se dit par ailleurs “très impressionné” par la première mouture d’un Draft Bill qui a déjà été travaillé et circulé par le comité d’experts présidé par l’Attorney General, Satish Faugoo, et qui a pour consultant l’ancien chef juge sir Victor Glover.
Paul Bérenger révèle qu’une toute première ébauche du Draft Bill portant sur la réforme électorale a déjà été travaillé par le Comité Faugoo et précise qu’il a même eu l’occasion d’étudier cet avant-projet de loi qui a été circulé, vendredi. Il se déclare à cet effet très impressionné tant par la vitesse que par la qualité du travail accompli par les rédacteurs sous la supervision de sir Victor Glover, qui agit pour l’occasion en tant que consultant auprès du State Law Office (SLO).
“Le gros du travail est déjà accompli et il ne reste qu’à fignoler quelques détails”, assure-t-il. Ainsi, selon Paul Bérenger, le projet de loi final sur la réforme électorale devrait être fin prêt au terme de deux ou trois réunions additionnelles du Comité Faugoo. D’où le souhait du leader de l’opposition pour que le bill y relatif soit présenté et soumis à un vote à l’Assemblée nationale “dans les meilleurs délais, comme promis par le Premier ministre, lui-même”.
Le leader du MMM dit noter, sous le même rapport, que, vendredi, lors de son congrès à Plaine-Verte, le MSM a, selon lui, évoqué des “prétextes” pour menacer de ne pas voter en faveur de la loi sur la réforme électorale. Il soutient que l’ex-partenaire du MMM ne s’était aucunement gêné de “mettre des bâtons dans les roues” entre 2000 et 2005 sous le gouvernement MSM-MMM de l’époque quand il s’agissait, déjà, de faire aboutir la réforme électorale. Aussi, Paul Bérenger déclare que cela ne l’étonnerait pas que le MSM fasse de nouveau la même chose.