Le porte-parole du comité de soutien à Rama Valayden passe à l’offensive dans le but de mener combat contre les enquêteurs du CCID, accusés d’avoir « magouillé pour avoir la peau de l’ancien Attorney General ». Le principal porte-parole du comité, Me Arasen Kallee, réclame une commission d’enquête pour faire la lumière sur les événements de ces derniers jours et une commission présidentielle qui étudierait les moyens à être mis en place pour apporter une grande réforme au sein de la force policière. Il invite le commissaire de police à prendre des mesures contre les enquêteurs qui ont été mêlés à interrogatoire de l’avocat et s’il ne peut le faire, à partir et laisser la place à un officier mieux apte à diriger les affaires au sein de la police.
Le comité a également fait appel au Premier ministre et ministre de l’Intérieur pour qu’il étudie de près la manière avec laquelle certains opèrent dans la force policière. Me Kallee et ses amis, dont Me Rutnah, se demandent si ce n’est pas vers un État policier que le pays s’achemine. Ils réclament que soit mise en pratique dans les meilleurs délais la Police and Criminal Evidence (PACE) Act, puisqu’après Me Valayden, demain ce pourra être au tour d’autres personnalités d’être prises dans l’engrenage infernal des allégations.
De son côté, Me Rouben Mooroongapillay qui a été convoqué ce matin aux Casernes centrales pour être interrogé sur la réception d’honoraires pour la défense du suspect Katoaroo dans l’affaire de détournement d’argent au détriment de la banque Bramer, a dû être conduit d’urgence dans une clinique privée. Il venait de quitter son bureau, qui se trouve à l’étude Valayden, et était en route pour celle de Me Gavin Glover, avocat qui devait l’assister lors de son interrogatoire aux Casernes centrales ce matin. Il s’est affaissé devant l’immeuble Teeluck, qui abrite l’étude Valayden. Il a été transporté à la City Clinic, où il a été placé à l’unité des soins intensifs sous observation.
Lors d’une conférence de presse tenue ce matin, Me Kallee, récapitulant les derniers événements, a fait ressortir que sur les enquêtes sur trois dossiers sur lesquels Rama Valayden a été interrogé, deux ont été classées. Elles sont l’affaire Fine et celle de Bramer. Il ne reste que l’affaire Bhikajee qui est toujours en attente.
Mercredi, les enquêteurs ont tout bonnement rejeté la demande de renvoi qu’avait formulé Me Jacques Panglose en dépit du fait que dernier avait informé dans une lettre adressée la veille au CP, qu’il devait se rendre à Rodrigues pour paraître dans une affaire et qu’il serait de retour le 4 novembre. Ce qui fait que les éléments du CCID ont maintenu le rendez-vous pris avec Me Valayden. Si ce dernier est arrivé vers 10 h aux Casernes centrales accompagné de Me Sanjeev Teeluckdharry comme avocat principal, ce n’est que vers 14 heures qu’ils ont appelé le suspect, uniquement pour lui dire qu’ils n’ont plus besoin de lui. Ils ont ajouté qu’ils étudieraient le contenu du DVD et de l’affidavit juré par Sadek Katoaroo avant de décider s’ils auront encore besoin de lui. Le DVD, que Me Ravi Rutnah avait fait circuler, aussi bien que l’affidavit, font état de la façon dont les enquêteurs s’en sont pris pour amener Sadek Katoaroo, 62 ans, à impliquer Rama Valayden.
Le comité prépare un rassemblement de ceux qui veulent exprimer leur soutien à Rama Valayden qu’il prévoit de convoquer le 8 novembre au Centre social Marie Reine de La Paix.