Les Éditions Pamplemousses ont réédité récemment la « biographie » de sir Gaëtan Duval, Le Droit à l’excès, d’Alain Gordon-Gentil, sortie pour la première fois en 1987. Cela fait 20 ans que sir Gaëtan Duval, ancien vice-Premier ministre de Maurice, qui a occupé les devants de la scène politique pendant une quarantaine d’années, nous a quittés. ?Le Droit à l’excès, présenté comme « une biographie de sir Gaëtan Duval » en première de couverture est plutôt « un portrait sans fards visant à faire découvrir les poussées intérieures d’un homme qui a élu domicile dans les avenues du pouvoir ». « Qui est-il ? Qu’attend-il ? Sait-il où il va ? C’est ce que j’ai essayé de savoir dans ce livre, qui est le résultat de 18 heures d’entretiens avec sir Gaëtan Duval et d’une enquête personnelle qui aura duré plusieurs mois », écrit l’auteur en guise de note d’avertissement aux lecteurs, dès sa première édition en 1987.
Le livre ramène plusieurs décennies en arrière, à l’époque où Gaëtan Duval se lançait dans la politique. Il brosse un tableau de la situation politique de l’époque et y propose une analyse vue par l’auteur, qui était aussi journaliste politique. Le droit à l’excès est cependant présenté, pour la plus grosse partie, sous forme d’entretien, ce qui rend la lecture facile et rapide. À travers ce jeu de questions-réponses, le lecteur rencontre et écoute, avec un franc-parler, l’homme qui nous a quittés il y a 20 ans, soit le 5 mai 1996. Sir Gaëtan Duval parle ouvertement de la politique, de l’amitié et de sa sexualité parmi d’autres sujets qui permettent de cerner ne serait-ce qu’un chouïa de sa personnalité. « Excessif, passionné, jouisseur, il est (comment en serait-il autrement) haï, adoré, incapable de laisser indifférent », écrit l’auteur en quatrième de couverture. Tous ceux qui l’ont côtoyé seront certainement d’accord avec l’auteur pour qui Gaëtan Duval porte en lui « la tendresse écorchée de ceux qui veulent à tout prix être aimés ».
Le Droit à l’excès est en vente à Rs 450 en librairie.