Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a réitéré hier son engagement envers la communauté chagossienne : « Zot pas fin laisse zot dignité bafoué. Mo salué zot courage ek détermination ». C’était au Chagos Monument au Quai C, lors d’une cérémonie pour commémorer la déportation des Chagossiens.
Pour le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, le combat continue. « Notre panel d’avocats sous la férule de Philippe Sands travaille d’arrache-pied pour qu’on dépose une soumission écrite à la Cour Internationale de Justice avant le 30 janvier 2018 ». Il souhaite que le verdict qui sera prononcé par la CIJ fera avancer la cause des Chagossiens « pour complèter la décolonisation de Maurice et garantir aux Chagossiens un droit de retour sur leur terre natale ».
Sir Anerood Jugnauth a parlé de moment triste et douloureux de notre histoire : « Excision Chagos de nou territoire finn faire en violation de banne résolutions des Nations Unies. » Pour lui, le 3 novembre est une date importante, qui rappelle qu’il y a eu une injustice faite à l’égard des Chagossiens et qui devrait être réparée. Il insiste que les Chagossiens devraient regagner leurs îles en jouissant de tous leurs droits. « Combat là, nu pu gagn li ensam ».
SAJ a rappelé qu’il a lui-même défendu la cause des Chagossiens devant l’Assemblée des Nations Unies pour que celles-ci réfèrent le cas à la Cour internationale de Justice. « L’opposition ti pe dir 10 votes pas pou gagné ». Après un travail en profondeur et un lobbying intense qu’il a accompli quand il était Premier ministre auprès des chefs d’État et de gouvernement, Maurice a pu rallier un vote massif en sa faveur de 94 voix contre 15. « C’était un moment historique pour la nation mauricienne et pour le peuple mauricien. L’Union africaine a été solidaire de même que l’Inde qui a fait un plaidoyer sur la décolonisation. Je salue aussi le travail d’Olivier Bancoult qui a toujours fait cause pour les Chagossiens. Sa présence et celle des Chagossiens aux Nations Unies et l’exposition qu’ils ont organisée ont eu l’impact souhaité pour sensibiliser jusqu’à la dernière heure les représentants de différents pays ».
Pour sa part, Pravind Jugnauth a aussi évoqué la tragédie du déportement des Chagossiens de leurs îles natales. « C’est une tragédie qui concerne tous les Mauriciens. Avant nu l’Indépendance, Anglais fine détache Chagos de nu territoire, enn violation flagrante. Kan nu guet document officiel britannique, zor fin démanteler nu territoire. Gouvernement britannique fin déracine tout enn pep, fin traite zot couma enn cargaison de bétail, fin dépose zot Quai D et zordi c’est enn zour commémoration douloureux pu tout bann frer ek ser Chagossiens ». Le Premier ministre ajoute que la décolonisation est encore incomplète et a tenu à saluer sir Anerood Jugnauth, le ministre mentor, qui dit-il « malgré so l’âge, a tenu à se rendre à New York pour défendre la cause des Chagossiens en prenant la parole devant de grands chefs d’État. Cela a été une étape cruciale de notre lutte. Nou finn gagn enn vote massif dans nou faver. L’Afrik finn dibout côté Maurice couma enn sel lepep. On a eu le support et l’engagement des pays d’Afrique. Nou finn gagn enn écrasante majorité ki donne nou l’espoir ki travay gouvernement pe fer pe reconet dans le monde ».
Pravind Jugnauth s’est dit attristé de voir le comportement des Anglais et il a tenu à saluer Olivier Bancoult pour le travail mené sur le terrain. « Anglais pe fer dominer are Chagossien, pé rode acheté zot ». Il rappelle que le gouvernement a augmenté le budget du Chagossien Welfare Fund de 50 %, tout en offrant un terrain pour le projet d’agriculture et d’artisanat. Le gouvernement va également soumettre un dossier à l’UNESCO sur le séga Chagos « qu’on veut voir figurer sur la liste de notre héritage culturel, de même que le séga tambour de Rodrigues ».