Le PMSD commémore aujourd’hui le 20e anniversaire de la mort de son ancien leader charismatique, sir Gaëtan Duval, dont le décès le 5 mai 1996 avait endeuillé tout le pays. Des dizaines de milliers de personnes composaient son cortège sur la route jusqu’au cimetière St Jean. Cet anniversaire sera marqué aujourd’hui par une cérémonie de dépôt de gerbes à 15 h 30 au cimetière St Jean où, dit-on, il « fait semblant » d’être mort. Une messe sera dite à sa mémoire en l’église Ste Thérèse à Curepipe à 16 h 30.
Le leader actuel du PMSD et Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, relève dans une série de commentaires publiés sur sa page Facebook récemment quelques grands moments qui ont marqué la vie de son père. Il raconte que « le père de sir Gaëtan Duval était un fonctionnaire et sa mère Rosina, femme au foyer. À la mort de son père en 1933, alors qu’il n’a que trois ans, c’est son oncle Raoul qui l’élève, le fait entrer à l’école primaire Saint-Enfant-Jésus RCA puis il intègre le Collège Royal de Curepipe avant de poursuivre ses études à Paris ».
Une de ses premières actions politiques a concerné Rodrigues. « Avant les élections de 1963, Gaëtan Duval, sur un point droit, avait fait inclure Rodrigues comme circonscription à part entière, car la liste originale n’en faisait pas mention », souligne Xavier-Luc Duval.
Lors des élections générales organisées en août 1967 une année avant l’accession du pays à l’indépendance, le PMSD dirigée par sir Gaëtan Duval avait atteint 44 % des suffrages avec des candidats dans toutes les circonscriptions, indépendamment des appartenances ethniques.
Xavier-Luc Duval rappelle que durant sa longue et riche carrière, sir Gaëtan Duval a été tour à tour maire de Curepipe, Lord-maire, ministre des Affaires étrangères, ministre du Tourisme et Deputy Prime Minister. « Il a occupé ces postes dans les gouvernements de sir Seewoosagur Ramgoolam et de sir Anerood Jugnauth. Il avait aussi de très bonnes relations à l’étranger, tant avec des hommes d’État tels que Omar Bongo ou Jacques Chirac, qu’avec des vedettes du show-biz comme Brigitte Bardot, Chantal Goya, Carlos et bien d’autres encore… »
C’est en 1981 que Gaëtan Duval a été fait Chevalier par la Reine d’Angleterre, d’où son titre de « sir ». En 1983, l’économie est à genoux et le nombre de chômeurs a atteint la barre des 100 000. Avec le retour du PMSD au gouvernement, sir Gaëtan Duval met toutes ses compétences au service du pays et persuade bon nombre d’industriels du textile de délocaliser leurs opérations sur Maurice. « C’est le début du boom du textile », relate Xavier-Luc Duval.
« Plusieurs infrastructures de Maurice et de Rodrigues portent le nom de sir Gaëtan Duval, notamment l’école hôtelière d’Ébène, le stade de la municipalité de Rose-Hill et l’aéroport de Plaine-Corail, en hommage à son immense contribution à l’essor économique et social de notre pays », affirme le leader du PMSD.
Alors que la question de peine de mort revient sur le tapis, Xavier-Luc Duval rappelle que c’est sous l’impulsion de sir Gaëtan Duval et de lui-même que la peine capitale a été suspendue. Lors du dernier congrès de son parti à Rose-Hill, il a de nouveau affirmé son opposition sans concession à la peine de mort.
Sir Gaëtan Duval a aussi été un pionnier de la stratégie africaine de Maurice. « En 1973, Maurice a organisé la première conférence de l’Organisation Commune Africaine, Malgache et Mauricienne (OCAMM) durant laquelle sir Gaëtan Duval fera en sorte que la France considère Maurice sur le même plan que les États africains francophones. Ce qui nous donnera accès au Fonds d’Aide et de Coopération », relève Xavier-Luc Duval. Une des initiatives fortes prises par sir Gaëtan Duval en vue de mettre Maurice sur la carte touristique mondiale a été Festival International de la mer en 1987. Plusieurs biographies ont été écrites sur Gaëtan Duval dont Le Droit à l’excès d’Alain Gordon-Gentil, qui a également réalisé un documentaire intitulé Gaëtan Duval, une vie.