C’est à Rivière-du-Rempart, circonscription de sir Anerood Jugnauth, que Lady Sarojini Jugnauth a célébré la fête des mères hier à l’invitation de la Rivière du Rempart Senior Citizens Association. Elle a profité de l’occasion pour dire son soulagement, en tant que mère, de l’acquittement de son fils par la Cour suprême dans le cadre de l’affaire MedPoint. « Mo leker kontan », a-t-elle dit.
Lady Sarojini a, dans un discours de circonstance, affirmé que « l’amour maternel et paternel est sacré »., poursuivant : « Il ne faut pas que cet amour ne dure uniquement que le temps de la fête des mères et des pères. Il faut qu’il dure tout le temps. Il faut montrer cette affection pour les parents. (…) Quand les enfants connaissent des moments difficiles, on sent cette tristesse. Je suis moi-même passée par là pendant longtemps après l’arrestation de Pravind dans l’affaire MedPoint suite à un complot. » Et d’exprimer ensuite son soulagement : « Heureusement qu’il a été trouvé innocent. Nous nous sommes sentis soulagés après ces moments difficiles, qui ont duré  cinq ans. Ce n’était pas facile. Aujourd’hui, mo leker kontan. »
Lady Jugnauth a rappelé que son fils, Pravind, « est une personne intègre », affirmant que celui-ci « a des principes, tout comme son père », sir Anerood Jugnauth. « Aucune  maman n’aurait souhaité que ses enfants subissent des injustices dans la société. C’est un grand cadeau, un des plus grands en cette fête des mères. » La ministre de la Sécurité sociale, Fazila Daureeawoo, aussi présente à la réception, a pour sa part parlé des mesures prises pour consolider la sécurité des personnes âgées.
Lady Jugnauth était également samedi dernier à l’ambassade de Chine, à Belle-Rose, dans le cadre d’une journée de fête consacrée à une centaine d’enfants de l’école primaire de Belle-Mare et d’enfants chinois, notamment ceux du personnel de l’ambassade. Dans une brève déclaration à la presse ce jour-là, commentant également le verdict favorable de la Cour suprême envers son fils, elle avait également affirmé être « soulagée » et « contente ». Lady Jugnauth devait alors affirmer : « Je suis contente parce que nous sommes soulagés. Cela a été très difficile durant cinq ans. Il y a eu des moments où nous étions déchirés, saignés même. C’est le plus beau cadeau (de fête de mères, Ndlr) ».