Lors des fêtes de fin d’année, alors que les colporteurs envahissaient les diverses villes du pays, des contraventions ont été servies à certaines boutiques pour avoir exposé leurs produits devant leurs locaux. Des actions décriées par le Front Commun des Commerçants de l’Île Maurice (FCCIM), qui envisage des poursuites judiciaires contre la police et la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill.
« Comment se fait-il que des commerçants soient rappelés à l’ordre pour avoir exposé leurs produits devant leurs boutiques alors que les marchands ambulants eux, ont travaillé en toute impunité ? » s’interroge Raj Appadu, porte-parole du FCCIM. Une situation qui laisse un goût amer aux commerçants de Rose-Hill. Servies à divers commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill le 17 décembre, ces contraventions seront contestées et des actions légales sont envisagées pour poursuivre la municipalité et la police. Pour les commerçants, il s’agit ici d’une injustice. Raj Appadu souligne que les commerçants agissent ainsi depuis que les colporteurs ont pris d’assaut les villes. En vue de protéger leurs commerces et donc leur gagne-pain, les propriétaires de boutiques n’ont « guère eu le choix ». « Les marchands ambulants prennent place sans crier garde devant les boutiques, obstruent les vitrines et nous volent nos clients parce qu’ils vendent les mêmes produits à un prix concurrentiel. C’est de la concurrence déloyale », soutiennent les commerçants des villes soeurs.