Une quarantaine d’entreprises indiennes, spécialisées dans la fabrication et l’exportation de produits chimiques organiques et inorganiques, de cosmétiques et d’articles de toilette divers, sont réunies depuis jeudi au centre d’exposition de Freeport of Mauritius Ltd (FOM) dans la zone du port franc dans le cadre d’une première campagne de prospection des marchés local et régional menée par CHEMEXCIl, le conseil de promotion de exportations de produits chimiques de base, de produits pharmaceutiques et cosmétiques institué par le ministère du Commerce et de l’Industrie de la Grande Péninsule.
Inaugurée hier après-midi par le ministre des Affaires de l’Entreprise et des Coopératives Jim Seetaram en présence du Haut Commissaire adjoint de l’Inde à Maurice Prashant Pise et du président de CHEMEXCIL Satish Wagh, l’exposition est une opportunité pour ces fabricants indiens de produits cosmétiques et chimiques de nouer des liens d’affaires avec des importateurs locaux et également avec des industriels du même secteur et qui utilisent des produits chimiques ou cosmétiques de base comme intrants dans la fabrication de produits finis. La majorité des hommes et femmes d’affaires ayant fait le déplacement de la Grande Péninsule sont à leur première prise de contact avec les opérateurs économiques locaux. D’autres exportent en petit volume sur Maurice et cherchent à accroître leurs exportations ou à explorer les opportunités d’exportation vers le marché régional. L’exposition est grandement axée sur les produits cosmétiques, huiles essentielles, articles de toilette et autres fragrances. Mais les dirigeants de CHEMEXCIL ont aussi inclus dans la délégation des fabricants de teintures pour l’industrie textile et de produits agrochimiques.
« C’est ma première mission à Maurice. J’ai appris, à partir de données fournies par CHEMEXCIL, que le marché mauricien est en expansion et qu’il peut même servir de porte d’entrée pour d’éventuelles exportations vers l’Afrique. Disposant d’un port franc, Maurice peut nous être utile pour pénétrer les marchés régionaux », a déclaré Harsh Shah, managing director de Chandan Products Ltd, fabricant d’huiles essentielles.
Samarth Mehtotra, directeur de Lalji Aromatics Pvt Ltd, spécialiste en matière de production de fragrances, a établi des contacts avec des importateurs locaux. Il se dit confiant de pouvoir réaliser une ouverture sur Maurice. Est aussi présente à cette exposition, l’entreprise Vaipani Herbal, représentée par son chief executive, la doctoresse Vijayshri Khanorkar, experte en médecine ayurvédiques et produits cosmétiques à base de plantes. Elle a reçu plusieurs trophées pour la qualité de ses produits.
Collaboration étroite
Selon le président de CHEMEXCIL, les importations mauriciennes de produits couverts par le conseil sont en progression. Le dernier relevé indique qu’elles sont passées de US $ 7,3 millions en 2008-2009 à US $ 9,4 millions en 2010-2011. Cependant, Satish Wagh a soutenu dans son allocution qu’il y a un besoin d’efforts concertés pour accroître les exportations et améliorer l’image de l’Inde en tant que fournisseur de produits de classe mondiale à des coûts compétitifs.
Pour Jim Seetaram, la mission de prospection de CHEMEXCIL est une excellente opportunité pour les hommes d’affaires indiens et mauriciens d’établir des partenariats à long terme. Tout en saluant l’initiative de CHEMEXCIL dans le renforcement des relations commerciales entre les deux pays, le ministre a fait ressortir que les entreprises indiennes ont aussi la possibilité d’utiliser Maurice comme plateforme pour faire des affaires dans les pays de la SADC et du COMESA.
Jim Seetaram a parlé de la bonne gouvernance et du climat business-friendly à Maurice et a rappelé que le budget 2012 contient des mesures favorisant le développement des petites et moyennes entreprises. Il a dans ce contexte souhaité qu’une collaboration étroite se poursuive entre les opérateurs économiques de l’Inde et de Maurice.
Malgré le fait qu’ils ont été en hausse ces dernières années, les échanges commerciaux entre l’Inde et Maurice sont encore en dessous des attentes, a laissé entendre le Haut Commissaire adjoint de l’Inde à Maurice, Prashant Pise. Il a fait comprendre que la première place de l’Inde au niveau des pays fournisseurs est due en grande partie aux exportations de produits pétroliers. « Il faut creuser davantage et diversifier les produits d’exportation. C’est sûr qu’on ne va pas obtenir des résultats immédiatement mais au moins on aura créé un environnement favorable au développement des échanges », a-t-il ajouté.
Prashant Pise est d’avis qu’il appartient aux hommes d’affaires d’explorer tous les moyens possibles pour établir un partenariat à long terme. Il estime par ailleurs que des synergies peuvent être développées dans les petites et moyennes entreprises.