Ils sont révoltés et ne veulent plus payer la location de leurs étals. Les marchands du New Arab Town Market, à Rose-Hill, déplorent une baisse des ventes depuis leur relogement, en décembre 2017.

Ils condamnent « l’indifférence » de la mairie de Rose-Hill face à cette situation et disent n’avoir d’autre choix que de ne plus payer la location de leurs étals tant qu’une solution ne leur sera pas proposée. Avec les travaux du métro en cours dans la ville de Rose- Hill, les marchands de l’Arab Town, de la foire Da Patten et les maraîchers continuent à faire face à une baisse des ventes de leurs produits.

Selon eux, les clients craignent de s’aventurer dans la ville de Rose-Hill, notamment avec l’insécurité qui y règne. « Il devient de plus en plus difficile d’assurer notre survie avec les problèmes qui ont surgi dans la ville de Rose-Hill. Nous n’arrivons plus à faire bouillir la marmite. Où allons-nous trouver l’argent pour payer une location mensuelle alors que nos revenus sont pitoyables », se demande Imtazally Jaumeer, président de la Distributive Trade Employers’ Union. La location d’un étal au New Arab Town Market coûte Rs 2 400 par mois. Imtazally Jaumeer explique que les marchands ambulants « n’en ont aucune objection ».

Toutefois, il devient de plus en plus difficile de trouver de l’argent puisque les marchands réalisent, en moyenne, un chiffre d’affaires de Rs 200 à Rs 300 par jour. « Après concertation avec tous les marchands, nous avons pris la décision de protester en arrêtant de payer la location à la mairie. D’ailleurs, nous écrirons une lettre en ce sens au Premier ministre, Pravind Jugnauth. Des copies de la lettre seront envoyées au Premier ministre adjoint, à la ministre des Collectivités locales et au maire de la ville de Beau-Bassin/Rose- Hill, entre autres », soutient-il.

Par ailleurs, les maraîchers du bazar de Rose-Hill sont montés au créneau en apprenant que leur relogement est définitif. Deux endroits ont été identifiés, à savoir dans l’enceinte de la magistrature de la ville et à l’arrière du stade de Rose-Hill. Une décision qui ne plaît pas aux maraîchers. « Le bazar sera démoli et, à sa place, un jardin verra le jour. Nous n’arrivons pas à comprendre ce que veut faire la mairie de Beau-Bassin/Rose- Hill. À plusieurs reprises, nous avons demandé des rencontres avec le maire afin d’avoir plus d’éclaircissements, mais nous n’avons eu aucune réponse », explique Vikram, un des maraîchers au bazar.

Par ailleurs, les maraîchers n’ont pas caché leur mécontentement par rapport aux deux endroits identifiés pour leur relogement. « Ces deux endroits sont pour nous des cimetières. Ce sera difficile d’y opérer. Nous risquons de perdre notre clientèle », affirme le marchand. Et d’ajouter que les maraîchers comptent procéder à une demande d’injonction en cour si le maire insiste en allant de l’avant avec le projet.