L’association Friends in Hope a officiellement inauguré sa librairie solidaire mardi. Au bonheur des livres, cette petite boutique pas comme les autres vient illustrer le succès d’une des activités que cette association au service des personnes qui souffrent de troubles mentaux a su développer patiemment depuis quatre ans grâce à ses membres et ses bénévoles. Quand l’achat d’un livre est un acte solidaire à plus d’un titre…
Ouverte depuis le mois de février, la famille Kan Wah a eu la bonne idée de louer à un prix défiant toute concurrence pour ne pas dire mettre à disposition gracieusement, un petit local qui se situe en face de London Way, à Vacoas, à la librairie solidaire dont rêvaient tous les membres de Friends in Hope. Ce beau geste a déjà permis en quelques semaines de fidéliser une clientèle de lecteurs qui aime venir ici fouiller dans les étagères et les bacs pour acheter à bas prix des livres d’occasion, dont l’état est souvent surprenant. Glenn, le responsable d’Au bonheur des livres n’en revient pas lui-même. Il est à la fois heureux de constater que les clients sont ici plus nombreux qu’au siège de l’association, situé à Bonne-Terre, et il vous montrera avec délectation que les livres qui sont disposés ici en vitrine et sur les étagères sont souvent en excellent état.
« Il nous arrive même de recevoir en don des ouvrages qui n’ont pas été ouverts et qui portent encore leur emballage en film plastique », s’exclame-t-il, en saisissant l’un d’entre eux, choisi presque au hasard sur les étagères. « Regardez, certains d’entre eux n’ont même pas été lus. D’autres l’ont été avec beaucoup de précaution, si bien qu’on pourrait croire qu’ils sont neufs ! » Glenn fait partie de la petite équipe qui s’affaire autour des activités de lecture et de collecte de livres que Friends in Hope a su développer au fil des ans depuis 2009. Cette idée magnifique rend service à de multiples égards.
Au bonheur des livres est tout d’abord la boutique solidaire avec ceux qui ont eu un jour un choc, un vide affectif terrible, un accident psychologique ou un problème mental qui les a obligés à faire une pause dans la vie pour envisager les choses d’une autre manière, le temps de se reconstruire et de se retrouver. Les membres et stagiaires de Friends in Hope et les bénévoles qui les entourent, les professionnels de santé et les artistes tels que Maryse d’Espaignet, Dominique Merven ou Tico Soopaya sont fidèles à cette organisation qui, seule et contre les préjugés, a fortement contribué à ce que la maladie mentale soit mieux considérée à Maurice et soit entendue comme un mal qu’il n’est ni excluant, ni incurable.
Au bonheur des livres est solidaire aussi des lecteurs qui n’ont pas les moyens de s’acheter le dernier roman Gallimard en collection blanche à Rs 700… Des bacs en plastique regorgent de romans en anglais et en français proposés à partir de Rs 20. Et Glenn Nookadu nous explique qu’ils ne dépassent jamais Rs 200 ! Des piles de magazines aussi instructifs que National Geographic, Paris Match ou le magazine de cinéma Première sont littéralement bradés. Cet espace d’à peine 20 m2 est admirablement aménagé comme une vraie petite librairie, une sorte de boîte à trésors où l’on trouve aussi bien des titres récents que des classiques de tous les grands auteurs connus tels André Brink, Victor Hugo, Bernard Clavel, Anita Desai, et même certains de nos propres écrivains mauriciens.
Encyclopédies et livres rares
Certains donateurs ont aussi décidé de se séparer de certaines de leurs encyclopédies The world Book Student Discovery, une série culinaire, une passionnante encyclopédie du monde végétal, etc. On trouve des essais, des ouvrages de réflexion, des dictionnaires, des livres pratiques, d’autres consacrés au bien-être, des fictions en tous genres (polar, littéraire, romantique, aventure, fantasy et SF, etc). « Nous acceptons toutes sortes de livres sauf les manuels scolaires qui changent tout le temps et seraient trop compliqués à gérer », nous explique Monica Maurel, la fondatrice de Friends in Hope. « Parfois, certains livres sont en si mauvais état qu’on ne pourrait les vendre. Quand on peut les réparer, pas de problème, sinon on les donne. Sinon, nous aimerions proposer davantage de livres et albums pour enfants et adolescents, ainsi que des bandes dessinées. Des livres de cuisine aussi, des livres pratiques et de bricolage. » À bon entendeur !
Au fond de la boutique, un meuble ancien au bois patiné, lui aussi offert par un généreux donateur, expose sous clé des ouvrages d’une autre époque, les trésors d’Au bonheur des livres… Il faudra pour ces raretés, le plus souvent reliées cuir et marouflées, dépenser davantage. Sont par exemple proposés à la vente sous cette vitrine pas ordinaire, des exemplaires de la collection Maurice Patureau. Un lot de trois de ces ouvrages de collection est vendu à Rs 1 500, autant dire : rien ! S’ils sont effectivement rares et de toute façon comme ils sont anciens, il est certain qu’ils prendront de la valeur avec le temps qui a déjà un peu fait jaunir leur papier, ce temps qui donne le parfum des bibliothèques à ces livres confectionnés dans les règles de l’art. Monica Maurel nous confie au passage que les bénévoles et stagiaires qui travaillent sur cette activité de librairie ont aussi appris grâce à la maison Mercier à réparer et relier les livres qui leur arrivent un peu abîmés.
Solidaire enfin, cette librairie l’est parce qu’elle forme des personnes qui rencontrent des difficultés d’insertion, qui y trouvent une occupation protégée et qui peuvent alors espérer un jour retrouver un vrai métier, rémunéré et couvert comme n’importe quel emploi non protégé. Enfin, solidaire, cette librairie l’est grâce aux nombreux dons qu’elle attire (chaque semaine une trentaine de livres nous confie Glenn qui ne nous a pas dit qu’il avait une licence en lettres…) et sans lesquels elle ne pourrait exister. Monica Maurel et Shakuntala Jugmohun la présidente de Friends in Hope restent extrêmement et humblement reconnaissantes à l’égard de toutes ces personnes qui de temps en temps, font le tri dans leur bibliothèque personnelle, et décident de donner certains de leurs ouvrages. « Ek nou libreri Au bonheur des livres, nous ena enn bel “vizibilite” depi de mwa. Mo espere ki pou ena bookou aster, ki zot pou kontinie vinn isi mem. » Au bonheur des livres est ouverte tous les jours, de 9 h 30 à 17 h, sauf les mercredis (9 h 30 – 13 h) et dimanches (9 h 30 – 12 h 30).