Maurice et la Turquie ont signé hier à Istanbul un accord cadre de coopération commerciale et économique ainsi qu’un accord de promotion et de protection des investissements. Les documents à cet effet ont été paraphés par le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international, Arvin Boolell, et le ministre de l’Économie de la Turquie, Zafer Çaglayan.
Selon Arvin Boolell, ces deux accords constituent une plateforme solide sur laquelle les communautés des affaires turque et mauricienne pourront développer leurs relations au cours des prochaines années alors que les gouvernements des deux pays auront l’opportunité d’élaborer les domaines de coopération, cela à travers la conclusion des protocoles de coopération (Memorandum of Understanding). Arvin Boolell a souligné que l’accord cadre sur la coopération commerciale et économique couvre plusieurs secteurs : l’agriculture, l’éducation, la recherche et le développement, la santé et la coopération au niveau du secteur privé.
Parlant des échanges commerciaux entre les deux pays, le ministre des Affaires étrangères a indiqué que la Turquie est le 18e partenaire commercial de Maurice avec des exportations totalisant 44 millions de dollars et des importations de USD 4 millions. Il y a eu une croissance de 10 % des importations mauriciennes. « There is, however, tremendous potential to expand the diversity and the volume of the trade and investment links between Mauritius and Turkey », a-t-il poursuivi, faisant remarquer que sa mission à Istambul a pour objectif de dynamiser les liens commerciaux bilatéraux. Arvin Boolell a estimé qu’il faut encourager les hommes d’affaires des deux pays à prendre avantage des dispositions des deux accords signés hier ainsi que de l’accord de libre échange (Free Trade Agreement) conclu en 2011 et qui sera opérationnel dans le courant de cette année après sa ratification par le parlement turc.
Du côté mauricien, on estime que la Turquie, avec ses quelque 90 millions d’habitants, représente un grand marché pour les entreprises locales qui peuvent faire des affaires avec des groupes ayant une grande orientation globale et une culture des affaires qui met l’accent sur la qualité. Les entreprises turques ont, elles, la possibilité de prendre avantage d’un environnement financier et régulatoire stable proposé par Maurice. Arvin Boolell n’a pas manqué dans ce contexte de faire état du classement de Maurice (19e) dans le rapport Doing business de la Banque mondiale. Il a soutenu que « Mauritius has weathered the economic crisis better than several middle income countries and there is no doubt that we will be able to cope with the Euro Crisis as well ». Le ministre Boolell a exhorté les entreprises turques à venir investir à Maurice et à utiliser la plateforme financière mauricienne pour investir dans les marchés de la SADC et du COMESA qui comptent environ 500 millions de consommateurs. L’investissement sera un pilier important de la coopération Maurice-Turquie avec la signature de l’accord de promotion et de protection des investissements.
Maurice a officiellement invité la Turquie à ouvrir des négociations en vue de la conclusion d’un accord de non-double imposition (Double Taxation Avoidance Treaty, DTAA). Il a été proposé aux entrepreneurs de la Turquie de prendre avantage des accords de non-double imposition signés par Maurice lorsqu’ils vont structurer leurs investissements dans d’autres pays. Les opportunités offertes par le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication à Maurice sont aussi à exploiter, a soutenu le Arvin Boolell. Il a rappelé que des sociétés de renommée mondiale (Accenture, Ceridan, Orange, Infosys, entre autres) sont présentes dans le secteur des TIC.
Le ministre turc de l’Économie a pour sa part mis l’accent sur le développement de la coopération entre la Turquie et l’Afrique en général, insistant sur le renforcement des relations au plan social. Il a fait état de l’accroissement des échanges commerciaux entre Maurice et la Turquie, précisant que ces échanges ont augmenté de 15 fois au cours de la dernière décennie. Cependant, a fait remarquer Zafer Çaglayan, les possibilités d’une intensification des relations commerciales sont immenses. Il a rappelé que Maurice est le premier pays en Afrique subsaharienne à avoir signé un accord de libre échange avec la Turquie. Trois autres accords du genre ont été signés avec des pays africains. Zafer Çaglayan a rappelé que la Turquie a offert 15 bourses d’études à des Mauriciens.
Notons, par ailleurs, que la mission Boolell a rencontré le Premier ministre adjoint de la Turquie, Bekir Bozdag, le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Duvutoglu, et le ministre de la Culture et du Tourisme, Omer Celik.
Des officiels mauriciens faisant partie de la délégation dirigée par le ministre Boolell, se sont rendus à Ankara pour des discussions avec leurs homologues turcs sur la mise à exécution de l’accord de libre échange signé par les deux pays. Les aspects pratiques de l’entrée en opération de l’accord sont étudiés par les deux parties.