Le Field Officer Kevin Gary Jumon nie avoir été en contact téléphonique avec Gérald Stephan Prosper, ex-détenu, qu’il dit d’ailleurs avoir lui-même arrêté
Au tour de policiers à être auditionnés par la Commission Lam Shang Leen, ce mercredi 18 octobre. Ils sont le Field Officer Kevin Gary Jumon, et le sergent Trendy Thondee, attaché depuis 2003 à l’ADSU de Flacq. Le premier a été questionné quant à des contacts téléphoniques avec l’ex-détenu Gérald Stephan Prosper, qu’il dit avoir lui-même aidé à coffrer. Tandis que pour le membre de l’ADSU, il était surtout question de « gros dépôts en liquide » sur ses comptes bancaires et de divers voyages à l’étranger, surtout en Chine. De plus, ce membre de l’ADSU sur qui « pèsent de graves allégations », a admis être un « heavy gambler ». Ces deux policiers ont chacun quinze jours pour éclaircir les zones d’ombre évoquées par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, Sam Lauthan et Ravin Dhomun.
Le sergent Trendy Thondee a rejoint la Mauritius Police Force (MPF) en avril 2001 et a été affecté à l’ADSU depuis 2003. Promu au rang de sergent l’an dernier, il a toujours été attaché à l’Anti Drug & Smuggling Unit (ADSU) de l’est de l’île. Ce détail n’a pas échappé au président de la Commission. Sa convocation devant cette instance, devait indiquer l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, « fait suite à de sérieuses allégations, contenues dans une correspondance de deux pages, soumise en tout anonymat, et faisant état de vol d’argent et de drogue par vous et votre équipe ». L’audition du Sgt Trendy Thondee a surtout été axée sur « de gros dépôts en liquide » sur ses comptes bancaires, ainsi que des déplacements en Chine et en Australie, ainsi que sa « passion » pour les jeux de hasard…
Paul Lam Shang Leen : On a entendu beaucoup de choses sur vous et votre équipe. Entre autres, que vous êtes responsable de vols d’argent et de drogue… Des enquêtes sont encore en cours à ce sujet ? D’où la raison pour laquelle nous vous avons appelé… Combien de comptes bancaires avez-vous ?
Trendy Thondee : Deux. L’un à la MCB et l’autre à la Banque des Mascareignes.
PLSL : Comment se fait-il que nous n’ayons pas d’informations relatives à ce deuxième compte bancaire ? Depuis quand avez-vous ouvert ce compte ?
TT : Il y a trois ou quatre ans…
PLSL : Votre épouse travaille ?
TT : Oui. Elle est représentante commerciale.
PLSL : Combien touche-t-elle ?
TT : Environ Rs 9 000. Parfois un peu plus, quand elle a des commissions…
PLSL : D’après certaines informations qui nous ont été communiquées, vous êtes un “heavy gambler”. Vous êtes d’accord avec ça ?
TT : Oui, en effet.
PLSL : Vous allez donc souvent au casino pour jouer ?
TT : Oui…
Paul Lam Shang Leen énumère alors une liste de maisons de jeu, certaines se trouvant dans la localité où réside le Sgt Thondee à Flacq, mais aussi d’autres se trouvant dans la capitale et ailleurs. Le policier affecté à l’ADSU acquiesce et confirme qu’il se rend souvent dans ces endroits.
PLSL : Votre présence dans ces endroits a quelque lien avec votre travail ?
TT : Parfois.
PLSL : Comment ça ? Vous y allez pour miser et jouer. Qu’est-ce que ça à voir avec votre travail ? Vous tenez un registre de ce que vous misez ?
TT : Non.
PLSL : Si je vous dis que pour une seule journée en juillet 2017, vous avez dépensé environ Rs 30 000 dans une maison de jeu de Flacq ?
TT : Oui, c’est possible.
PLSL : Exact. C’est en effet la somme que vous avez jouée ce jour-là. Et ce qui est étonnant, c’est que vous ne touchez pas plus de Rs 23 000 comme salaire.
TT : Mais ce n’est pas mon salaire que j’ai joué. J’ai aussi de l’argent que je mets de côté…
PLSL : C’est justement où je voulais en venir. D’où proviennent ces dépôts en liquide sur votre compte en banque ? Je vous donne des exemples : le 4 septembre 2017, tout près de nous, vous vous rappelez combien vous aviez sur votre compte ? Non ? Je vous le dis : Rs 5. Mi-août, combien il vous restait en banque ? Rs 82. Et vous avez une femme et un gosse à nourrir.
TT : Ma femme travaille… Et nous touchons aussi une pension.
PLSL : Vous utilisez cet argent pour jouer ?
TT : Non.
PLSL : Vous savez en quelle année vous avez joué le plus d’argent ? Je vais vous le dire… C’est en 2012. Vous avez dépensé plus de Rs 220 000 au jeu. Certains mois vous misiez Rs 23 000, Rs 28 000… Puis rien que pour décembre de cette année-là, vous avez joué Rs 81 000. Vous êtes un accro au jeu.
TT : Parfois je vais au casino pour toucher de l’argent…
PLSL : Tout le monde a le même refrain. Tout le monde va empocher de l’argent au casino. Mais quand on regarde votre compte bancaire et qu’on épluche les détails des transactions, il y a des incohérences… Vous avez des emprunts. Comment faites-vous pour les remboursements ?
TT : Ma femme m’aide.
PLSL : D’accord. Puisque vous tenez à l’impliquer, alors vous allez devoir produire ses relevés bancaires également. Vous avez voyagé à diverses reprises, n’est-ce pas ? Quand pour la dernière fois ?
TT : En 2014. J’étais allé en Chine.
PLSL : A Guangzhou. Pourquoi ?
TT : Ma femme et moi avions pris des vacances. Et nous en avions profité pour acheter des produits pour les revendre…
PLSL : Quand vous avez voyagé, vous avez acheté vos billets ? Où ? Comment ? Parce que dans vos relevés bancaires, il n’y a aucune trace.
TT : Je ne m’en souviens pas… Je dois vérifier. Il y a une agence de voyages à Flacq avec qui j’ai des arrangements.
PLSL : Vous avez séjourné un mois en Australie. Comment avez-vous fait pour vous y rendre et payer votre séjour ?
TT : Mon frère a la nationalité Australienne. C’est lui qui avait tout payé pour notre déplacement et notre séjour d’un mois. C’était pour des raisons personnelles et familiales.
PLSL : En 2010, vous avez aussi été à Hong Kong ?
TT : Puis en Chine…
PLSL : Et en 2009, à Dubaï ?
TT : Oui, et puis en Chine aussi.
PLSL : En juillet 2016, vous avez fait l’acquisition d’un téléphone portable à Rs 7 000 ?
TT : Oui.
PLSL : Vous avez payé en liquide ?
TT : Oui.
PLSL : Il n’y en a aucune trace dans votre compte en banque.
TT : C’est ma femme qui a payé. Je l’avais acheté pour elle.
PLSL : Puis vous avez aussi acheté un autre téléphone cellulaire, et ensuite une télévision ?
TT : Oui. Le téléphone et la télé n’étaient pas pour moi. C’est pour un collègue dont le salaire n’est pas assez élevé et le magasin refusait de les lui vendre… Je l’ai aidé.
PLSL : Maintenant, vous entraînez également un collègue dans l’affaire.
Le président Lam Shang Leen a ensuite cité plusieurs noms, que le Sgt Thondee a identifiés. L’une d’elle est une femme policière et l’autre, « une voisine. Elles m’ont prêté de l’argent, pour mes voyages à l’étranger. Ensuite je les ai remboursées… ». Mais l’ancien juge n’a guère été convaincu par les explications de l’officier de police. Et lui a donné une quinzaine de jours pour produire les justificatifs nécessaires.