Le président de la Commission d’enquête sur Britam et ses assesseurs, Sattar Hajee Abdoula et Imrith Ramtohul, n’auront pas la tâche aisée en vue de rassembler les pièces du puzzle pour faire la lumière sur la vente des actions de Britam Kenya Holdings Ltd. Entendu hier, le secrétaire du conseil d’administration de la Financial Services Commission (FSC) a soumis une collection de procès-verbaux des réunions du board de la FSC.
Ramanaidoo Sokappadoo, secrétaire du conseil d’administration de la FSC, a fourni une série de procès-verbaux des réunions de l’instance régulatrice, où le cas de Britam Kenya avait été discuté, dont ceux datant de 2016. Ce qui a intrigué la commission est le fait que, la semaine dernière, l’ex-acting CEO de la FSC, Padassery Kuriachen, a affirmé que le rôle de la FSC « s’est arrêté le 6 novembre 2015 ». C’est-à-dire, selon lui, lorsque les actions de Britam Kenya avaient été transférées à la National Property Fund Ltd (NPFL).
Ramanaidoo Sokappadoo, accompagné de l’homme de loi Nandraj Patten, a indiqué à la commission qu’il est secrétaire du conseil d’administration de la FSC à temps partiel depuis 2001. Son rôle est de préparer les réunions, prendre des notes et rédiger les procès-verbaux de ces réunions. Il a soumis à la commission une série des procès-verbaux des réunions du board de la FSC, 18 extraits au total. Ramanaidoo Sokappadoo a soutenu que le special administrator était aussi invité à ces réunions, et ce, pour faire part des développements dans la vente des actions de Britam Kenya.
La commission s’est intéressée aux réunions du board de la FSC concernant Britam Kenya, surtout celles survenues en 2016, alors que la FSC n’était pas concernée par cet arrangement. Ramanaidoo Sokappadoo a insisté qu’il n’est « que le secrétaire » et ne « fait que prendre des notes des réunions ». Le président de la commission, Bushan Domah, a demandé un peu de temps pour assimiler les nouvelles informations déposées par l’intervenant. Après une pause de 20 minutes, Bushan Domah a indiqué que la commission aura besoin de mieux considérer les faits présentés avant de pouvoir formuler des questions. « There are certain missing facts that we have to fill », a-t-il souligné.
La commission d’enquête se poursuit aujourd’hui avec l’audition du Deputy Permanent Secretary, Somduth Nemchand, et du Permanent Secretary au ministère des Services financiers, Jugdish Dev Phokeer.