Le président de la commission d’enquête sur Britam, l’ex-juge Bushan Domah, s’est longuement appesanti sur le rôle des hauts fonctionnaires au sein des ministères, lors de l’audition de l’ancien Permanent Secretary au ministère des Services financiers, Jugdish Dev Phokeer et du Deputy Permanent Secretary du ministère, Somduth Nemchand. Bushan Domah devait même faire part d’un « gap between the Public service and the ministry » alors que les deux hauts fonctionnaires ont soutenu devant la commission d’enquête qu’ils n’avaient pas été concertés et n’avaient pas eu leur mot à dire lors de la vente des actions de Britam Kenya.
L’ancien Permanent Secretary au ministère des Services Financiers, Jugdish Phokeer, a precisé devant la commission qu’il n’avait pas joué un rôle majeur dans la vente des actions de Britam Kenya. Il a soutenu n’avoir fait que s’assurer que tous les documents étaient parvenus au ministère des Services financiers pour que le ministre donne son aval. Selon Jugdish Phokeer, toutes les procédures entourant la vente des actions de Britam au niveau du ministère ont été entreprises par l’ancien ministre Roshi Bhadain et ses deux conseillers Akhilesh Deerpalsing et Fadil Ramjanally.  « It was a small team comprising of the minister and two advisors who were handling all major issues. My role as Permanent Secretary came to play when had to prepare cabinet paper », a fait comprendre Jugdish Phokeer. Ce dernier a rappelé que c’était un nouveau ministère qui avait été créé et qu’au depart, quelque 20 conseillers avaient été nommés.
« Were you happy with this state of affairs? », réplique Bushan Domah, « if it is done properly it is ok otherwise it will be a problem », a répondu Jugdish Phokeer. Cela n’avait pas manqué de faire réagir le Président de la commission d’enquête, qui s’est mis à questionner le fonctionnement au sein des ministères. « There seems to be a flaw in the proper administration of public affairs » retorque-t-il, d’un air confus, se dit « intrigué » par le rôle d’un conseiller, alors que le ministre a à sa disposition des hauts fonctionnaires. « It does not seem to be a conventional way of running public affairs » devait lancer Bushan Domah. Interrogé sur la manière dont cette affaire a été gérée, Jugdish Phokeer devait admettre que « it was not good governance ».
Le Deputy Permanent Secretary Somduth Nemchand devait, lui, soutenir qu’il n’était pas convié aux réunions lorsqu’il y avait des discussions sur la vente des actions de Britam Kenya. Il devait indiquer que le secrétaire financier Dev Manraj et Roshi Bhadain étaient impliqués dans la majorité de ces réunions qui  se tenaient au bureau de l’ancien ministre les après-midi. Interrogé par Bushan Domah du fait qu’il n’y avait pas de records de ces discussions au ministère concernant Britam Kenya, Somduth Nemchand devait répondre qu’il n’avait pas reçu de directives du ministre pour le faire, ajoutant qu’il « ne pouvait interférer dans des discussions dans lesquelles il n’était pas invité ».