« Sur chaque 10 enfants entrant en Sd 1, seuls 8 obtiendront le CPE, 5 le SC et 2 le HSC. C’est un véritable hécatombe! Il est grand temps que le gouvernement instaure une éducation de qualité pour tous.” C’est ce qui a déclaré Steeve Obeegadoo, secrétaire général de la commission Éducation du MMM, lors d’un point de presse, vendredi après-midi. Il soutient que chaque année, plus de 9000 enfants ou jeunes échouent aux examens du CPE, SC et HSC. Il pointe du doigt le gouvernement qui, selon lui, décourage le redoublement du CPE, encourageant les élèves à poursuivre leur scolarité en Prevoc.
 
En 2013, 21 891 élèves ont pris part aux examens du CPE contre 23 419 en 2012, soit une baisse de 11%. Les chiffres montrent clairement que le gouvernement est en train de décourager les élèves à redoubler et les envoie en Prévoc”, dit-il. Et d’ajouter: “Des 1779 élèves reprenant l’examen  du CPE le 20 décembre, 1351 auraient réussi, ce qui porte le taux de réussite à 81% au lieu de 701%. Quelle crédibilité accorder à cet exercice?”, se demande le secrétaire général.
Steve Obeegadoo a également déploré le fait que 3378 enfants – nombre cité par un communiqué du Conseil des ministres en date du 24 janvier 2014 – sont décrits comme éligibles au Prevoc. “3378 ki pe kit lekol avek enn stamp “failed”. Sa bann zenfan-la ine perdi bokou lane de zot lavi pu nanier ek zot pou sarye sa zimaz-la a vi.”Outre le coût humain de ces jeunes “marqués à vie”, il est d’avis qu’il y a aussi un coût économique. “Combien coûtent les services éducatifs à ceux qui, au bout de leur scolarité, ne sont pas considérés comme ayant les compétences minimales? Quel est le retour sur l’investissement pour l’État et pour les ménages?”, se demande-t-il.
Steve Obeegadoo soutient également que la situation concernant le SC est encore plus dramatique. “Le taux de réussite est à la baisse: 79% en 2006 à 76% en 2012 et 75% en 2013.” Toutefois, le secrétaire régional s’est félicité du système de régionalisation introduit en 2003. “Grâce à ce système, les mentalités ont changé. Les lauréats et les classés ne proviennent plus que des collèges d’élite mais des quatre coins du pays.
Prenant ensuite la parole, Françoise Labelle a réagi sur le taux de réussite dans les écoles prévocationnelles. “À la SSS de Sebastophol, sur 29 élèves ayant refait leur CPE  un seul élève a réussi. À la Gaulette, sur 42 enfants, 2 ont décroché leur CPE. N’est-ce pas criminel? On envoie ces enfants en Prévoc pour les faire échouer à nouveau car les enseignants ne sont pas formés pour apporter le bon encadrement à ces enfants. Les élèves montent en 2e année de Prévoc sans qu’ils aient terminé le programme de 1ère année. Comment voulez-vous que ces derniers passent leurs examens?”, s’insurge-t-elle. Françoise Labelle a lancé un appel aux autorités concernées leur demandant de mettre en place des stratégies pour les enfants en difficultés dans le cadre du 9 year schooling.