L’urgence de la mise en oeuvre des recommandations formulées par la commission « justice et vérité » dans son rapport soumis au gouvernement a été le thème central de la messe célébrée par Mgr Maurice Piat au village du Morne hier. « Le rapport de la commission Justice et Vérité a été un pas dans la bonne direction. Cependant, il faut faire d’autres pas. Beaucoup de recommandations formulées dans le rapport sont encore dans les tiroirs. Si elles ne sont pas mises en pratique, nous piétinerons », a dit Jean Maurice Labour.
Le vicaire général du diocèse de Port-Louis a observé que le comité diocésain 1er Février s’est engagé depuis 2011 à mieux faire connaître le rapport de la commission. « Nous avons distribué des dépliants à des organisations et des enseignants des écoles primaires et secondaires catholiques. Lorsque nous disons que Le Morne est le baromètre de l’avancement, nous disons que si toutes les recommandations de la commission Justice et Vérité concernant Le Morne sont mises en pratique, ce serait un avancement, non seulement pour la communauté créole, mais aussi pour toute l’île Maurice », a dit Jean Maurice Labour. « Une nation entière avance lorsqu’elle reconnaît la souffrance, la culture de chaque composante et qu’elle apporte des solutions. La vérité sur notre histoire rend libre toute la population mauricienne », a-t-il soutenu.
Jean Maurice Labour a annoncé l’organisation d’une « Convention Kreol » en octobre prochain. Il a observé que depuis 1993 – lorsque la communauté créole, descendants des esclaves, a crié sa souffrance –, « beaucoup de progrès » ont été réalisés. « Boukou diskision, evenman, finn amenn beaucoup progre dan sa kominote la. La lang ek kiltir kreol fin rant dan lekol ek li pe aport so kontribision pou konstriksion la nation morisienn. Diksioner kreol finn piblie, festival kreol selebre sak lane, Le Morne finn vinn patrimoine mondial avek tou so konsekans positif, dan ledikasion kreol pe investi. La konvansion anvi rekonet sa progre la. Me li anvi osi dimann al pli loin », a dit Jean Maurice Labour. Le prêtre a insisté sur le fait que le rapport de la commission Justice et Vérité est « la plus importante contribution entreprise pour arriver à l’unité nationale sur la vérité historique de nos ancêtres esclaves et travailleurs engagés ». Il faut tout « tirer du tiroir et le mettre à la disposition de tout le monde ».
Le père Joseph Moctee, qui a prononcé l’homélie, a, lui aussi, beaucoup insisté sur le fait que Le Morne est un baromètre pour l’avancement social dans le pays. « Les habitants du Morne doivent être fiers du développement hôtelier dans leur village et du fait que la montagne du Morne figure sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité. » Cependant, à côté de tout cela, il existe comme un paradoxe au regard de la vie des villageois. « Kifair chaine la pe maille encore are so lipie. Situasion sociale au Morne li bien critique. Uniquement lechec scolaire dir nou ce qui passe tout autour dan la vie fami, dan la vie zenfants ek banne zennes », a-t-il ajouté.
« Nous sommes tous responsables de cette situation », a-t-il soutenu, que ce soit la population générale, les gouvernants, l’Église et les autres confessions religieuses, « parce que c’est une cause humaine, une cause qui concerne nos semblables, nos frères et soeurs ». Et d’inviter les habitants du Morne à assumer leurs responsabilités. « Zotte bisin rassemble dan l’unite. Par zotte décision pour marse ensam pour ene monde meilleur, zotte capave donne l’oxygen l’humanite. Par zotte decision, pou capav eclaire banne grands lesprits. Quan ena banne ti reunions ki concerne zotte mem, la vie zotte zenfants vine participer et vine ecouter », a-t-il dit.
La messe d’hier matin a été dite en présence de nombreuses personnalités, dont le président de la République Kailash Purryag, le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée et le leader de l’opposition Alan Ganoo. Les députés de la circonscription étaient également présents.