Le Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), Hamada Madi, a signé mardi à Rome, au siège de l’Ordre de Malte, l’Accord-cadre de Partenariat qui lie désormais les deux institutions et organise leur coopération en particulier dans le domaine de la santé et du secourisme, de l’urgence humanitaire et de la facilitation.
Organisation internationale caritative présente dans plus de 120 pays, l’Ordre de Malte est un sujet de droit international public qui dispose d’un siège d’observateur permanent auprès des Nations unies, de la Commission européenne et des principales organisations internationales, dont la COI depuis février 2017. L’Ordre souverain de Malte intervient lors de catastrophes naturelles ou des conflits armés pour porter secours aux populations et dispose, avec Malteser International, d’un corps de secours international pour l’aide médicale et humanitaire d’urgence.
« Au moment où la COI développe sa capacité d’action en matière de prévention et de gestion des risques naturels et des situations de crises, la signature de cet Accord, résultat de plusieurs années de démarches et de discussions entre les deux institutions, formalise une coopération et une complémentarité avec un acteur reconnu de l’humanitaire régional », souligne le secrétaire général de la COI.
Lors de la réunion de travail qui a précédé la signature avec Dominique de la Rouchefoucauld-Montbel, Grand Hospitalier de l’Ordre, Hamada Madi a également souligné « la réputation de l’Ordre de Malte dans l’Indianocéanie et les relations anciennes entre nos îles et l’Ordre ». Le Secrétaire général de la COI a également mis l’accent sur la capacité de l’Ordre de Malte à « intervenir partout et à faire parler des crises oubliées. »
De son côté, le Grand Hospitalier a rappelé « l’importance de disposer d’institutions stables et enracinées, denrées rares qui sont autant de facteurs de confiance pour agir efficacement au profit de ceux qui souffrent dans un monde qui bouge vite ».