Le lVe sommet de la Commission de l’océan Indien, qui a été été reporté in extremis fin juillet après le crash d’un vol d’Air Algérie au Mali, aura définitivement lieu à Moroni samedi prochain. « Cette réunion sera dominée par la rencontre que doit avoir le Président de la République française avec les dirigeants des pays de la région », a déclaré à la mi-journée le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell avant de quitter le pays pour Moroni via Nairobi.
Le sommet sera l’occasion, selon Arvin Boolell, de traiter des sujets consensuels comme la sécurité maritime et les infrastructures, ou encore l’érosion côtière, entre autres. Il sera également question de l’économique océanique et de la création d’un bureau chargé notamment de collecter les informations sur les ressources marines et sur la sécurité dans la région. Maurice est d’ailleurs intéressée à accueillir ce centre, qui revêt une importance stratégique dans la région. Les sujets susceptibles de provoquer des controverses ne figurent pas à l’ordre du jour.
Le ministre des Affaires étrangères, qui se voit obligé de passer par Nairobi pour se rendre aux Comores, estime que cela démontre l’importance de développer une compagnie aérienne régionale. M. Boolell participera à une réunion du conseil des ministres de la COI vendredi. Il sera rejoint par le Premier ministre samedi. Jean-Claude de l’Estrac, qui a terminé sa tournée africaine en tant que candidat à la succession d’Abdou Diouf à la tête de la Francophonie, sera aux Comores aujourd’hui ou demain. Il a été reçu en grande pompe mardi par le président du Gabon, Ali Bongo. Interrogé récemment par Le Mauricien au sujet de la pertinence de ce sommet, il avait affirmé : « Ce sera le sommet de la consolidation (…) Entre le sommet d’Antananavivo, il y a neuf ans, et celui de Moroni cette semaine, de nouveaux axes stratégiques ont été développés. Nous disposons désormais d’un plan stratégique visant à mettre en oeuvre ces stratégies.  La connectivité aérienne et maritime, ainsi que la connectivité numérique, figurent parmi nos priorités. Le sommet permettra de donner une nouvelle impulsion politique et stratégique à la COI. »
Pour sa part, le Président de la République française, François Hollande, est attendu à Moroni samedi. Il sera d’abord à La Réunion, où il est attendu demain. Cette première étape de sa tournée de 72 heures dans l’océan Indien lui permettra d’aborder des dossiers économiques, sociaux et internationaux. Il se rendra vendredi à Mayotte, devenue le 101e département français en 2011, avant de se rendre aux Comores samedi pour un sommet régional.
À La Réunion, où François Hollande se rendra pour la première fois depuis son élection, il sera question d’emploi et de développement économique. Près de 30% des Réunionnais sont en effet enregistrés comme chômeurs, donc 60% de jeunes, tandis que 42% de la population vivait sous le seuil de pauvreté en 2010.
Le président Hollande posera également la première pierre de l’extension du principal port de La Réunion. Ce département se positionne également comme un port stratégique au carrefour des lignes maritimes vers l’Asie, l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Sud. L’objectif est de faire de l’Île Soeur un “hub de transbordement” régional en lui permettant d’accueillir des porte-conteneurs géants de dernière génération.
À Mayotte, où il se rendra vendredi, François Hollande rencontrera les élus de l’île appelés à plancher sur le “document stratégique Mayotte 2025”, qui fixera les grandes lignes du développement du plus jeune département français pour la décennie à venir. La COI réunit Madagascar, les Seychelles, Maurice, les Comores et la France.