L’épilogue est en vue pour la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, qui avait démarré ses auditions le 4 novembre 2015. Cette éventualité a surgi suite à une indication du président de la commission, qui n’a pas entretenu une demande de Dev Hurnam en vue de la publication d’un rapport intérimaire sur le cas spécifique du Chairman de la Gambling Regulatory Authority et de la Law Reform Commission, Me Raouf Gulbul. De ce fait, tout semble indiquer que les dernières auditions de la commission d’enquête pourraient intervenir vers la mi-septembre, avec la soumission du rapport bien avant la fin de l’année. Pour le dernier virage des travaux de la commission, le Legal Adviser du Premier ministre et leader du MSM devrait être entendu sur une multitude d’affaires allant des dénonciations de Jackarie Bottesoie et de Parwiza Jeeva, en passant par le toujours rendez-vous mystérieux avec un homme religieux à Saint-Pierre en pleine campagne pour les élections générales du 10 décembre 2014. Entre-temps, c’est le trafiquant Siddick Islam, alias Ner, qui a tiré toute la couverture sur lui avec ses Rs 25 millions à des avocats, dont Me Gulbul, et surtout ses aveux au sujet de 28 grammes de Lannatte dans sa cellule à l’Eastern High Security Prison de Melrose.
À ce stade, le candidat battu du MSM au N°3, Raouf Gulbul, qui assume de plus en plus un low profile après une « opération passe sifon dan lakaz mama avek mop sal », est perçu comme un poids lourd politique. C’est ce qui découle des délibérations du Bureau politique au Sun Trust hier avec le cas Gulbul faisant l’objet d’une diatribe de nulle autre que la Private Parliamentary Secretary, Roubina Jadoo-Jaunbocus. Cette dernière s’en est également vertement prise à la commission d’enquête Lam Shang Leen. Devant ces nouveaux développements sur le plan politique, des sources au sein du MSM se demandent si le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, serait toujours bien inspiré et avisé d’attendre la bombe à retardement politique du rapport de la commission pour agir au lieu de prendre le taureau par les cornes dès maintenant.
En tout cas, au vu du calendrier de travail de la commission, tout semble indiquer le timing de la convocation de Raouf Gulbul devrait être encore plus gênant pour le MSM. Le Chairman de la Gambling Regulatory Authority pourrait être confronté à un éventail d’allégations les unes plus compromettantes que les autres devant la commission, presque au même moment où « the Prime Minister is going to make up his mind and announce the Nomination Day and the Polling Day for No 18 », à moins que Pravind Jugnauth ne veuille donner raison à ceux qui misent que la partielle pourrait être convoquée au début de l’année prochaine.
Cette dernière tranche des travaux devra voir une dizaine d’autres convocations avec celle de Siddick Islam comme étant l’une des dernières parmi les plus conséquentes. Ce trafiquant de drogue, condamné à une trentaine d’années de prison, a volé la vedette en deux occasions cette semaine. D’abord, il a balisé la piste du délit de money laundering avec des Members at the Bar susceptibles d’être inquiétés subséquemment. Ensuite et surtout, suite à ses aveux in camera devant la commission au sujet de la présence d’une importante quantité de Lannatte dans sa cellule. Sam Lauthan, membre de la commission d’enquête, accompagné de deux officiers de police, affectés à la commission, a procédé à la saisie de ce virulent poison interdit à Maurice.
Devant la commission, Siddick Islam a été catégorique au sujet de ses paiements de legal fees. « Mo ene trafikan ladrog. Mo dan prison. Beh ! Sa larzan mo pe paye bann avoka-la, kot li sorti sa ? Li pa bizin larzan ladrog ? Mo finn paie plizier avoka lao Rs 25 millions ek zot bizin koné kott kas la sorti non », avait-il lâché devant la commission en citant le nom de Me Gulbul comme l’un des principaux bénéficiaires.
Toutefois, le développement le plus intriguant demeure la présence de Lannatte dans la cellule de Siddick Islam. Après la saisie effectue jeudi dernier, la substance extrêmement nocive a été envoyée au Forensic Science Laboratory pour analyses. À partir des résultats, l’enquête confiée au Central CID devra connaître des développements, avec la thèse impliquant le commissaire de des prisons, Vinod Appadoo, comme l’instigateur de ce plan pour éliminer les trafiquants de drogue comme étant extrêmement farfelue et le mystère demeurant toujours entier.