La Compagnie de Beau-Vallon a présenté hier son nouveau projet de développement foncier situé à Pointe-d’Esny. Engagée dans l’activité agricole, la compagnie, qui comprend également la propriété sucrière de Riche-en-Eau, compte déjà deux morcellements dans la région. Le nouveau projet s’inscrit sous le Property Development Scheme (PDS) mis en place par le gouvernement et qui s’adresse à la fois aux Mauriciens et aux étrangers. L’investissement s’élève à Rs 8 milliards.
Appartements, duplex, villas et terrains pour la construction. Ce sont les quatre types d’offres pour le projet PDS de Pointe-d’Esny. La vente débutera vers la fin du mois d’octobre. Pour se démarquer des autres projets immobiliers à travers l’île, la compagnie de Beau-Vallon a voulu miser sur le cachet authentique de cette partie du Sud. Thierry Merven, le Managing Director de la compagnie, ne cache pas cette ambition et souhaite que ce développement vienne « mettre en valeur l’île Maurice authentique qu’on a su préserver jusqu’ici ».
Avec sa chaîne de montagnes, ses champs de canne qui s’étendent jusqu’au littoral et ses vestiges du passé, la région offre un dépaysement garanti. Le chassé du Chemin Français offre une vue magnifique sur la vallée verdoyante avec la mer en toile de fond. À quelques kilomètres, le Château de Riche-en-Eau promet un retour vers le passé, avec son architecture coloniale et ses meubles anciens. Le domaine s’étend sur une superficie d’environ 30 arpents, avec un lac et un grand jardin. Six jardiniers y sont affectés en permanence pour garder les lieux propres. Le château est inscrit au patrimoine national. Actuellement, il sert à usage privé, aux descendants de la famille de Rochecoute, propriétaire de la compagnie de Beau-Vallon. Mais chaque année, à l’occasion de la journée mondiale du patrimoine, il ouvre ses portes aux visiteurs.
La région a aussi préservé ses arbres centenaires et ses cours d’eau. La baie de Mahébourg, avec la montagne en arrière-plan et le paysage agricole, est un autre atout de cette partie de l’île. « Le lagon de Mahébourg est très dynamique avec une grande biodiversité marine », ajoute Thierry Merven. La compagnie qui possède également l’hôtel Preskil à Pointe-d’Esny, le Solana Beach à Belle-Mare, ainsi que le Lodge d’Andréa et l’Exil à Rivière-des-Anguilles, veut développer le site en un haut lieu de sport de glisse. « Vu la richesse en termes de biodiversité ici, nous voulons favoriser le sport de glisse non-motorisé. Nous voulons faire du Sud une destination de glisse ».
Dans ce contexte, une compétition de kite surf y est organisée depuis quelque temps. Thierry Merven souhaite également que ce développement favorise une interaction entre le littoral et l’arrière-pays. « Nous allons développer le tourisme nature, tout en créant une combinaison entre l’eau et l’intérieur, et en préservant le cachet convivial de cette région ».
La compagnie de Beau-Vallon, qui compte déjà deux morcellements à l’entrée de Mahébourg, à savoir Le Mahé et Le Beau-Vallon, prévoit également un complexe commercial et un business park dans cette région. Un protocole d’accord en ce sens a déjà été signé. Une « régénération » de Riche-en-Eau est aussi prévue avec la rénovation des maisons situées en face de l’usine qui seront par la suite mises en vente. Le projet de développement intégré à Pointe-d’Esny comprendra également un commerce de proximité et une école. Des terrains seront réservés aux Mauriciens selon les règlements du PDS.
Ce projet, qui s’étend sur une superficie de 170 arpents avec 30 arpents d’espace vert, nécessitera un investissement de Rs 8 milliards. Christophe Curé, Group Property Manager, rassure que toutes les dispositions ont été prises pour respecter l’environnement dans cette région.