Marie Shirley Prevost était poursuivie sous une charge de « winds and blows without intention to kill ». La magistrate Wendy Rangan l’a reconnue coupable du délit en Cour Intermédiaire hier et lui a imposé une peine de cinq ans de prison. Les faits remontent à 2006, cette habitante de Cité Barkly avait ébouillanté son compagnon Maurice Dexter Abeelack après l’avoir surpris avec une autre femme dans sa maison.
Maurice Dexter Abeelack a été retrouvé grièvement brûlé à son domicile dans la nuit du 19 novembre 2006. Il a alors été transporté d’urgence à l’hôpital, où il a rendu l’âme cinq jours après. Selon l’autopsie effectuée par le Dr Satish Boolell, son décès est dû à un « multi-system failure leading to shock, meaning internal organ failure leading to shock following extensive burns ».
La concubine de Maurice Dexter Abeelack, arrêtée dans le cadre de l’enquête, était poursuivie pour « winds and blows without intention to kill ». Marie Shirley Prevost aurait versé de l’eau bouillante sur son concubin après l’avoir surpris, à son retour du travail, avec une autre femme dans sa maison. Cette habitante de Cité-Barkly devait ensuite prendre la fuite.
Devant la Cour intermédiaire, Marie Shirley Prevost a reconnu s’être cachée chez son père pour fuir la police qui était à sa recherche. Elle a également indiqué n’avoir pas rendu visite à son concubin ni pris de ses nouvelles lors de son séjour à l’hôpital.
Cette habitante de Cité-Barkly a toujours nié les accusations contre elle soutenant que depuis 2005, la victime et elle ne vivaient plus ensemble. Elle a déclaré s’être séparée de Maurice Dexter Abeelack car celui-ci était un grand buveur et un coureur de jupons. Elle a aussi soutenu qu’elle n’habitait plus avec lui au moment des faits. Elle a toutefois admis se rendre souvent chez lui et y passait même la nuit.
Le jour de l’incident, Marie Shirley Prevost a soutenu s’être rendue chez la victime qui, selon elle, était déjà à l’hôpital à son arrivée. Elle aurait appris un jour après qu’il y avait été admis pour brûlure. Elle a aussi nié avoir surpris une autre femme dans la maison de Maurice Dexter Abeelack et de l’avoir ébouillanté dans un accès de colère.
La magistrate Wendy Rangan a fait ressortir que dans ce genre de délit qui implique mort d’homme, l’accusé peut écoper d’une peine de prison ne dépassant pas les dix ans. La Cour intermédiaire a aussi trouvé incohérente la version des faits de Marie Shirley Prevost durant son passage dans la maison de la victime. Elle a ainsi conclu que l’habitante de Cité-Barkly pouvait avoir accès au domicile de Maurice Dexter Abeelack quand elle le voulait.
La magistrate Rangan a reconnu coupable Marie Shirley Prevost qui écope d’une peine de prison de cinq ans.