Les 22 ex-planteurs de Riche-Terre, qui s’étaient engagés dans une longue bataille le 29 novembre 2010 pour une compensation, avaient mis fin à 20 jours de grève de la faim après que le gouvernement leur avait proposé une formule. Presque six mois après, les planteurs reviennent à la charge pour dénoncer le montant de la compensation financière qui leur a été versé. « Les planteurs n’ont reçu que Rs 276 760 alors qu’ils auraient dû obtenir entre Rs 400 000 et Rs 500 000 », soutient leur porte-parole Salim Muthy. 
22 ex-planteurs de Riche-Terre se lancent le 22 février 2010 dans un combat en vue d’obtenir ce qu’ils estiment être leur droit après qu’ils ont été délogés de leur terrain à Riche-Terre en 2007. Ce combat comprenait trois grèves de la faim en un an et l’institution d’un Fact Finding Committee qui a finalement débouché sur un accord — il importe de le souligner — que les planteurs avaient accepté.
Se basant sur les recommandations du rapport Noël/Ramkissoon, qui a catégorisé les 22 planteurs en deux groupes distincts, le gouvernement a proposé à 13 d’entre eux une compensation de Rs 120 000 avec intérêt et un terrain ou Rs 276 760, s’ils refusaient le terrain. Les 9 autres planteurs ont reçu une compensation de Rs 120 000 avec intérêt.
Les anciens planteurs de Riche-Terre ont tenu un point de presse à la Cure de l’Immaculée Conception pour dire qu’ils n’ont obtenu que 27 % de cette compensation. « Nous sommes arrivés à la conclusion que la compensation que le gouvernement nous a offerte n’est pas suffisante car tout l’argent a été dépensé dans le remboursement des dettes que nous avions accumulées au fil des années. La somme que nous avons reçue est toujours inférieure à nos pertes », a déclaré hier Tadbir Dassaruth, président de la Mix Farming Cooperative Society. Les planteurs estiment qu’avec ce que leur a proposé le gouvernement, ils ont reçu uniquement une compensation d’environ Rs 30 000 par an alors que leurs pertes représentent plus de Rs 100 000 par an. Les ex-planteurs de Riche-Terre veulent maintenant rouvrir les négociations et demandent une fois de plus au gouvernement de prêter une oreille à leur demande. La possibilité de tenir une autre grève de la faim n’est pas écartée. Les ex-planteurs de Riche-Terre comptent tenir un autre point de presse la semaine prochaine pour donner plus de détails sur la compensation qu’ils ont reçue.
C’est dans le cadre du projet Jin Fei que le gouvernement avait identifié en 2007 des terres à Riche-Terre, certaines louées à bail à plusieurs planteurs. Le gouvernement avait alors émis un ordre d’éviction assorti d’une compensation de Rs 120 000 par arpent, accompagné d’un arpent de terre à bail à Arsenal ou à Bois-Marchand. Sur les 53 planteurs de légumes qui exploitaient les terrains agricoles à Riche-Terre, seuls 30 ont accepté la compensation de Rs 120 000. Depuis 2007, les 23 planteurs de légumes se battent pour une compensation « raisonnable et adéquate » — l’un d’eux décédera par la suite. D’après les contrats, soutiennent-ils, ils auraient dû exploiter leurs terrains jusqu’en 2015.
Ces planteurs réclament toujours une compensation de Rs 900 000 par personne et un terrain de dix perches.