Après le bras de fer engagé par les syndicats, cinq des six confédérations syndicales regroupées au sein du Conseil des Syndicats ont finalement décidé ce matin de participer au Technical Committee cet après-midi en vue de décider du quantum de la compensation salariale. La Confédération syndicale de gauche Solidarité de son côté ne se rendra pas à cette rencontre. Entre temps dans une déclaration à la presse, Shakeel Mohamed déplore le comportement des syndicalistes qui « met en danger le tripartisme ».
Depuis 9 heures ce matin, les confédérations syndicales regroupées au sein du Conseil des Syndicats sous la présidence de Toolsyraj Benydin, étaient en concertation au Jade Court pour décider de leur participation au Technical Committee de cet après-midi. Les syndicalistes ont pendant plus d’une heure examiné la lettre que le VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval leur a adressée hier. Il en ressort de cette réunion que le National Trade Union Congress (NTUC), le Congress of Independant Trade Union (CITU), le Mauritius Labour Congress (MLC), le Mauritius Trade Union Congress (MTUC) et la Confederation of Free Trade Unions (CFTU) ont pris la décision de participer aux négociations tripartites du comité technique à 14 heures cet après-midi. La Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) a, quant à elle, décidé de ne pas prendre part à cette réunion. La Confédération syndicale de gauche (CSG-Solidarité) d’Ashok Subron, qui ne fait pas partie du Conseil, a réaffirmé sa position de ne pas assister au Technical Committee.
« Nous irons à la réunion mais nous demanderons des éclaircissements quant aux pouvoirs des attributions du comité technique. La lettre d’invitation qui nous est parvenue mentionne que le but de cette réunion est d’élaborer nos soumissions. Donc nous allons nous baser sur les revendications des Rs 950 pour la compensation salariale et les négociations devront débuter sur ce chiffre. Nous irons pour une participation critique. Nous imposerons nos conditions… », explique le président du conseil des Syndicats Toolsyraj Benydin au Mauricien à la mi-journée.
Entre temps, au ministère du Travail à la Victoria House, Shakeel Mohamed participait à un séminaire sur les lois du travail. Informé par la presse de la position qu’ont adoptée les confédérations syndicales concernant leur participation au Technical Committee, le ministre du Travail devait expliquer qu’« il est clair que les syndicalistes ont finalement prouvé qu’ils peuvent agir avec responsabilité. J’ai dit dans ma conférence de presse qu’il est important que les gens agissent de façon responsable. Les raisons qu’ils ont avancées et les conditions qu’ils ont imposées n’avaient aucune logique et n’avaient pas de sens. Le fait d’avoir joué franc-jeu lors de ma conférence de presse a porté ses fruits : ils sont revenus à de meilleurs sentiments ». Shakeel Mohamed devait clairement indiquer que ce comité technique ne sera pas présidé par le ministre des Finances, mais co-présidé par le ministère des Finances et celui du Travail. Et d’ajouter que par la suite il y aura une ultime réunion avec le ministre des Finances Xavier-Luc Duval.
Poursuivant son entretien avec la presse, le ministre du Travail devait souligner que « l’année dernière j’ai dû beaucoup me démener pour arriver à faire comprendre au ministre des Finances d’alors, Pravind Jugnauth, la nécessité de rencontrer les syndicalistes. Cette année-ci je dois me démener pour faire les syndicalistes comprendre qu’il faut se rencontrer dans l’intérêt des travailleurs. C’est vraiment un pays unique. Je pense que le comportement des syndicalistes met en danger le tripartisme, en d’autres mots je commence déjà à réfléchir à un système où cette plate-forme ne sera pas nécessaire. Je réfléchis aussi quant à l’éventuelle présence des employeurs et des syndicalistes ou même du gouvernement ». Shakeel Mohamed devait ainsi conclure sa déclaration en avançant que « je dis les choses clairement. Je ne suis pas là pour faire de la politique pour avoir du crédit. Vous ne pouvez pas agir ainsi dans une île Maurice moderne quand nous devons avancer avec des objectifs communs. Le pays doit survivre. Finalement j’espère que les confédérations seront présentes et montreront leur sens de responsabilité. Cela ne veut pas dire que nous devons être d’accord avec elles et réciproquement. C’est la rencontre qui est importante. »
Rencontrant la presse à la mi-journée à Port Louis, Radhakrisna Sadien a, en sa qualité de président de la Confederation of Free Trade Unions, attribué sa participation à la réunion du comité technique tripartite aux éclaircissements apportés par le VPM Xavier-Luc Duval dans sa correspondance adressée aux fédérations syndicales hier.
Le VPM et ministre des Finances a donné les garanties que le comité technique tripartite est simplement un forum « where all sides have the opportunity to present their case through both written submissions and verbal exchanges ». Xavier-Luc Duval a donc bien fait comprendre que cette instance n’a pas pour but de décider de la compensation salariale qui demeure la prérogative du comité tripartite. Dans sa lettre diffusée hier le ministre des Finances souligne que « your active participation in the wage compensation process would be useful to enable us to formulate the appropriate decision, even at this late hour ». M Sadien a, par contre, déploré le langage tenu par le ministre du Travail à l’encontre des syndicats.