Alors que le dossier des tripartites, devant déboucher sur la formulation et la recommandation d’une compensation salariale adéquate pour 2012, devait être évoqué ce matin au Conseil des ministres, syndicats et employeurs attendent de nouvelles indications du gouvernement pour connaître la ligne à suivre. «Il y a un problème au niveau du dialogue social préconisé par le ministre des Finances Xavier-Luc Duval», a déclaré à la mi-journée au Mauricien Toolsyraj Benydin, président du Conseil des Syndicats.
Toolsyraj Benydin a indiqué qu’« une lettre a été envoyée hier à M. Duval et nous sommes toujours en attente d’une réponse ». « Il y a une situation de frustration et de malaise au sein de la classe syndicale et la classe des travailleurs. Pa pe respekte a la lettre le tripartism », a précisé le président du Conseil des Syndicats. Il a soutenu qu’une fois une réponse obtenue du Grand argentier, le conseil se réunira d’urgence pour se pencher sur le dossier.
Le président de la Mauritius Employers Federation (MEF) Clensy Appavoo, de son côté, a estimé que le mécanisme tripartite mis en place par le ministère des Finances fonctionnera « difficilement ». « Le MEF est en faveur de la proposition d’un taux indicatif qui pourra être utilisé dans le cadre des négociations collectives. » Pour lui, les tripartites effectuées cette année constitue « un recul ». La fédération est ainsi « fortement » en faveur des négociations collectives et s’oppose à une augmentation « across the board » d’autant qu’il n’y a aucune homogénéité dans aucun secteur économique.
M. Appavoo a affirmé avoir fait des propositions devant le comité technique tripartite et attendre de voir quelle sera la position ministérielle. La MEF compte par ailleurs rencontrer la presse lundi pour faire part de sa position. « Le comité technique tripartite ne devrait pas mettre en péril les efforts en vue des négociations collectives », a-t-il dit.
« Salary compensation is intrinsically linked with capacity to pay. Enterprises that can afford to pay should pay a compensation based on collective bargaining principle. Any quantum recommended by any body should be in a form of a minimum serving as a guideline for collective bargaining purposes. The determination of any quantum of wage compensation should take into account relevant macro-economic indicators including inter-alia Consumer Price Index (CPI), productivity, employment, growth and competitiveness », a expliqué le président de la MEF.
La compensation, a ajouté Clensy Appavoo, doit prendre en compte la capacité des enterprises à payer, capacité qui est déterminée par l’environnement des affaires. Il a insisté sur l’importance d’un « business friendly environment, comprising a conductive set of policies, which is a necessary precondition for enterprises to thrive, invest and create jobs and wealth that can be redistributed ».