Leader du PTr, Navin Ramgoolam, n’a pas manqué, hier, lors de la conférence de presse de campagne hebdomadaire du PTr/MMM de comparer ce qu’il a, finalement, accordé, d’une part, comme compensation salariale, de l’autre comme hausse des prestations sociales dont la pension de vieillesse avec ce qu’avaient accordé ces dernières années Pravind Jugnauth et Xavier Duval quand ils étaient aux Finances.
Navin Ramgoolam exprime, d’abord, sa satisfaction à la suite de la levée du mot d’ordre de grève dans l’industrie sucrière. Il se réjouit que, tant du côté des syndicats que celui du patronat, le bon sens a, finalement, prévalu. Le Premier ministre revient sur les difficultés du secteur sucrier. Celles-ci, rappelle-t-il, touchent au quota garanti auprès du marché européen et à la baisse des prix qui font que, souligne Navin Ramgoolam, de plus en plus de petits planteurs abandonnent cette culture.
Alors que, déclare le chef du gouvernement, des pays producteurs, dont ceux des Caraïbes abandonnent la culture du sucre, à Maurice, grâce à des mesures de réforme initiées par son gouvernement, le secteur sucrier s’est mué en une industrie cannière. Evoquant, sous ce rapport, de nouvelles décisions prises  Conseil des ministres, vendredi, Navin Ramgoolam se dit confiant que cette industrie continuera de jouer un rôle important dans l’économie nationale. “C’est, dit-il, le PTr/MMM qui assurera son avenir”.
Par rapport à la récente grève, le leader du PTr déplore ce qu’il qualifie “d’attitude démagogique” de ses adversaires, particulièrement, sir Anerood Jugnauth et Vishnu Lutchmeenaraidoo. Ces derniers ont, selon lui, tenté de tirer un capital politique de cette action syndicale. Le Premier ministre explique, ainsi, qu’il n’a pas jugé utile, dans ce conflit industriel, de prendre avantage d’un recours à la Cour suprême pour mettre fin à la grève comme le lui autorise, pourtant, la loi du travail.
Navin Ramgoolam souligne qu’à la place, il a préféré laisser agir le ministre du Travail, Shakeel Mohamed. Ce dernier, dit-il, est finalement parvenu à une “solution formidable”, à la satisfaction des deux parties en conflit. Comme pour souligner la volonté de son gouvernement d’entretenir favorablement les demandes “raisonnables” des travailleurs, le Premier ministre cite celles formulées par les employés du transport et dont les syndicats avaient, de même, jusqu’à tout récemment, brandi une menace de grève.
Compensation:“Les Rs 160 de Pravind Jugnauth”
Navin Ramgoolam aborde, dans la foulée, la question de la compensation salariale payable annuellement pour compenser la perte du pouvoir d’achat. “Le gouvernement, explique-t-il, à cet effet, a fait l’effort nécessaire en fonction de ses capacités”. “Pour la toute première fois, les syndicalistes ont exprimé leur grande satisfaction”, estime-t-il. Le chef du gouvernement qui occupe, aussi, les fonctions de ministre des Finances rappelle, notamment, que les salariés tout au bas de l’échelle qui touchent jusqu’à Rs 10,000 mensuellement bénéficieront d’une compensation de Rs 400.
Navin Ramgoolam ne manque pas, à ce propos, de rappeler que, quand il était ministre des Finances en 2011, Pravind Jugnauth, leader du MSM, n’avait, lui, accordé à ceux tombant dans cette échelle salariale que Rs 160 comme compensation et Xavier Duval, alors ministre des Finances, ne leur a accordé que Rs 300 en deux fois.
De même, explique le leader du PTr, pour ceux touchant entre Rs 10,000 et Rs 20,000, Pravind Jugnauth n’avait accordé que Rs 190 et Xavier Duval rien du tout, alors que ces derniers bénéficieront, cette fois, d’une compensation équivalant à 4% de leurs salaires. Ceux touchant plus de Rs 20,000 bénéficieront, eux, de Rs 800.
Le chef du gouvernement ajoute à cela la hausse, dès janvier prochain, des prestations sociales — pension de vieillesse et pensions pour veuves et orphelins. Dans le premier cas, Navin Ramgoolam souligne que la “Old Age Pension” passera de Rs 3623 à Rs 4000, soit, une hausse de Rs 377.
Il rappelle, à cet effet, que Pravind Jugnauth, quand il était, pour la dernière fois, ministre des Finances, n’avait accordé aux personnes âgées qu’une augmentation de pension de seulement Rs 88 et Xavier Duval que Rs 128. Alors que, souligne-t-il, encore, la pension des veuves passera de Rs 3267 à Rs 3650, Pravind Jugnauth et Xavier Duval ne leur avaient accordé, en leur temps, que Rs 80 et Rs 117 respectivement. Pour ce qui concerne, finalement, les orphelins, la hausse de la pension est, cette fois, de Rs 116 contre Rs 28 et Rs 38 respectivement à l’époque de Pravind Jugnauth et de Xavier Duval.
Navin Ramgoolam insiste sur le fait que, contrairement au “rêve” vendu, dit-il, par l’autre camp, son gouvernement propose, lui, du concret sur la base de chiffres minutieusement travaillés. Il indique, ainsi, que la hausse consentie de ces prestations sociales coûtera à l’Etat Rs 1,3 milliard additionnelles et fera que le budget de la Sécurité sociale passera, globalement, à Rs 16 milliards.
 
Tout compte fait: “Satisfaits de pouvoir payer”
Dans la mesure où, soutient-il, c’est le PTr/MMM qui formera le prochain gouvernement, le leader des rouges affirme que l’on n’entend pas, dans son camp, pratiquer la politique de la terre brûlée : “Nous sommes satisfaits, sur la base de nos calculs, de pouvoir soutenir de telles augmentations”.
Navin Ramgoolam rappelle, à cet effet, que, contrairement à sir Anerood Jugnauth et Vishnu Lutchmeenaraidoo qui, tout en étant dans l’opposition, promettent, aujourd’hui, de porter la pension de vieillesse à Rs 5000, ce n’est qu’après avoir accédé au pouvoir, en 1995, qu’il avait, à l’époque, décidé du doublement du montant de cette pension. Cela, explique-t-il, après avoir travaillé les chiffres une fois au gouvernement.
Paul Bérenger, leader du MMM, insiste, sur le fait que, contrairement au camp adverse, le PTr/MMM “ne se contente pas de promettre, mais agit concrètement”. Il parle de “gros effort” fait tant à l’intention des bas salaires et des retraites. Le leader des mauves explique que l’autre camp a promis, vaguement, de porter la pension de vieillesse à Rs 5000 sans préciser, clairement, quand cela serait payé. En revanche, explique-t-il, le PTr/MMM parle, lui, de porter, dès janvier prochain, cette pension à Rs 4000 dans un premier temps. Il se dit “certain” que, d’ici à cinq ans, cette somme devrait dépasser les Rs 5000 “vaguement promises par l’adversaire”.
Le leader des mauves exprime, par ailleurs, sa grande satisfaction à la suite de la résolution du conflit industriel dans l’industrie sucrière. Il salue, à cet effet, le “courage et l’esprit de sacrifice” des travailleurs. Paul Bérenger se montre, de même, élogieux à l’adresse du ministre du Travail, Shakeel Mohamed, pour “l’excellent travail” accompli.