L'expérience de Richarno Colin (à dr.) est un plus pour cette sélection

Le DTN Roberto Ibanez Chavez parle de confiance et d’un groupe motivé à moins de six mois des JIOI

La compétition internationale de La Réunion annulée, c’est en Afrique du Sud, plus précisément à Pretoria, que la sélection nationale composée de 10 boxeurs posera ses valises dans le cadre d’un tournoi de haut niveau cette semaine. L’occasion pour le directeur technique national, le Cubain Roberto Ibanez Chavez, de faire un premier point sur l’état de forme de ses boxeurs, à moins de six mois de l’organisation à Maurice des 10es Jeux des Iles de l’océan Indien (18 au 29 juillet). À noter que le DTN accompagnera cette sélection, dont le départ est prévu pour ce mercredi, alors que la compétition débute le lendemain. L’entraîneur national, Judex Bazile fera également le déplacement, tout comme Jacques Couttee, chef de délégation.

Les boxeurs de l’Association mauricienne de Boxe (AMB) retrouveront la scène internationale après sept mois, avec ce tournoi de haut niveau à Pretoria. «La préparation se déroule dans de bonnes conditions. Nous avons le soutien de la fédération et du ministère de la Jeunesse et des Sports et nous ne pouvons que nous réjouir», déclare Roberto Ibanez Chavez. Il a ajouté que les boxeurs sont tous très appliqués et affichent beaucoup de détermination lors des deux séances d’entraînement quotidiennes.

Le DTN a d’ailleurs dressé un premier constat positif après un premier cycle de six mois et au cours duquel il a été question de préparation physique. «Les boxeurs sont bien physiquement après ce gros travail. Nous abordons maintenant la partie technique et tactique. Je dirai que, pour le moment, ils sont tous en bonne condition», fait-il remarquer.  Ce qui lui fait dire que la confiance est de mise au sein de la présélection composée pour l’heure, de 17 Mauriciens et de 3 Rodriguais.

Envie de se surpasser

Il a ainsi expliqué que la participation mauricienne à cette compétition en Afrique du Sud revêtira de toute son importance, d’autant que ses protégés auront l’opportunité de boxer dans un tout autre contexte. «Nos boxeurs seront opposés à des adversaires d’un même niveau qu’eux et cela nous permettra de faire un premier constat à moins de six mois des JIOI. À partir de là, on renforcera nos acquis et nous procéderons aux changements nécessaires, là où cela s’imposent», souligne-t-il.

Pour l’heure, Roberto Ibanez Chavez n’a pas eu à se plaindre du comportement de ses protégés, notamment au niveau de la régularité. «Ce qui me plaît beaucoup chez nos boxeurs, c’est cette envie à vouloir se surpasser. Tout le monde y met du sien et ce qui fait le plus beau à voir, c’est cette détermination à vouloir faire partie du groupe final de dix boxeurs aux JIOI », avance-t-il.

La présence des boxeurs d’expérience, tel que les frères Colin, Richarno et John, aussi bien que Cédric Olivier, ajoute le DTN, apporte un plus à la préparation. Il est même d’avis que l’amalgame ancien-nouveau aidera la sélection à franchir un autre palier aux JIOI où l’objectif sera de réaliser les meilleures performances possibles. «Nous travaillons désormais avec un groupe beaucoup plus élargi. C’est en ratissant large justement que nous parviendrons au résultat attendu», explique notre interlocuteur.

2019, année chargée

Roberto Ibanez Chavez a aussi une pensée spéciale pour les jeunes qui ne cessent de progresser à l’image de Kumar Beedassy et de David L’Eveillé ou encore, de Fleurot Louis, pas tout à fait un nouveau, mais qui travaille très dur, afin de vivre une première expérience internationale en Afrique du Sud. Idem pour Reynolds Jude, 22 ans et qui aspire également à une participation à cette compétition. C’est justement pour ces différentes raisons que le DTN dit croire en ce groupe.

Car hormis les JIOI, l’AMB envisage également une participation aux Championnats d’Afrique de fin mai prochain dont le pays hôte reste à confirmer et les Jeux d’Afrique de fin août-début septembre à Rabat au Maroc. Les Championnats du monde de septembre en Russie figurent aussi en bonne place dans le calendrier de la fédération. «2019 sera une année riche en événements et l’objectif sera de toujours bien faire. Ce qui change cependant, c’est l’effectif, car si nous travaillons sur une équipe complète de dix boxeurs en vue des JIOI, en revanche, tel ne sera pas le cas pour les rendez-vous continentaux et mondiaux», fait ressortir Roberto Ibanez Chavez.