Ce sera en majorité des joueuses de Rodrigues qui défendront les couleurs mauriciennes à cette compétition. Des joueuses qui sont attendues aujourd’hui et qui livreront quatre séances d’entraînement en attendant leur entrée en compétition mardi matin face à la Thaïlande. Reste que les données seront simples pour les représentantes locales, soit réaliser un meilleur classement que le Togo, seule autre équipe africaine, afin de décrocher le visa continental pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse.
Le responsable de la sélection, Sanjay Dabydin, a placé la barre à hauteur raisonnable. « Les joueuses devront saisir la chance de leur vie, c’est-à-dire faire le maximum afin de décrocher cette qualification olympique. Il nous faudra savoir gérer face à des adversaires plus rodés et utiliser la meilleure stratégie possible afin de passer le cap. » Au sein de son groupe qu’il considère motivé mais qui pourrait souffrir d’un problème d’adaptation, la confiance a été placée en deux Mauriciennes, soit Michèle Espiègle et Penelope Chung Chung et neuf Rodriguaises, à savoir Steffi Bernard, Gabriella Perrine, Christanielle Perrine, Anne-Charlotte Perrine, Gwendoline Perrine, Valentia Jolicoeur, Stellt Brique, Anouchka Lalanne et Rookiezah Jolicoeur.
Selon Sanjay Dabydin, le gros morceau de ce groupe C devrait être la Chine, tandis que la Thaïlande et le Venezuela demeurent à son avis des adversaires abordables. Il ne faudrait toutefois pas omettre le fait que cette dernière formation pourra compter sur la gardienne de but Yarketzi Moreno et l’ailière gauche Milangela Tovar, primées lors du tournoi qualificatif au cours duquel ele a terminé à la troisième place. Et ce, suite à savictoire face au Paraguay.
Si les Chinoises se trouvent être favorites de cette poule, la lutte s’annonce en revanche acharnée dans la poule A, avec comme protagonistes deux équipes sud-américaines (Argentine et Paraguay) et deux formations européennes (Hongrie et Croatie). Les Argentines, placées sous la houlette de Leticia Brunati, miseront sur leur esprit d’équipe, tout en mettant de côté tout égocentrisme. Et ce, afin d’aspirer au minimum à un statut de meilleure nation au niveau panaméricain. Le Paraguay, troisième du tournoi qualificatif, ne l’entend certainement pas de cette oreille. « Notre équipe a gagné en maturité. Nous sommes beaucoup plus créatifs en attaque et tenaces en défense. J’admire le courage de mes joueuses », confie Nilsa Romero, responsable du groupe.
Du côté de la Hongrie, l’optimisme est à son summum. « Notre désir intime sera de nous retrouver sur la plus haute marche du podium. Ce sera difficile de nous battre et nos adversaires devront être à leur maximum », lâche sans retenue Zoltan Pinizsi. Pourtant, ses joueuses n’avaient terminé qu’à la cinquième place à l’issue du tournoi qualificatif. Quant à la Croatie, qui s’était retrouvée à la sixième place, elle misera sur ses deux atouts que sont les attaquantes Ana Malec et Nika Vojnovic, auteurs de 21 et 19 buts au cours de la phase qualificative.
Reste qu’une des formations les plus en vue demeure les Pays-Bas, qui livrera bataille face au Brésil, à Taïwan et au Togo dans la poule B. Une équipe néerlandaise entraînée par Harald Muller et qui a déjà affiché ses couleurs, avec des consécrations aux championnats d’Europe -16 ans l’année dernière et -17 ans cette année.
Le Brésil, avec Rossana Marquez à la barre, a complété sa préparation à travers un camp d’entraînement à Mogi Mirim, près de São Paulo, tandis que le Togo a participé à une compétition internationale au début de ce mois. « C’était une façon de nous mettre en condition, mais la partie s’annonce difficile », a confié Ina Metseko, responsable de cette équipe africaine. De son côté, Taïwan avait acquis sa qualification suite à son succès aux dépens de Hong Kong lors du match pour la troisième place. Selon les renseignements obtenus, l’équipe possède en son sein des joueuses rapides et difficiles à contrer.
Quant à la poule D, elle proposera des affrontements Europe-Océanie. Toutefois, l’Espagne et le Portugal paraissent mieux armés que l’Australie et American Samoa.