La mise en place d’un échafaudage métallique sur les récifs du Morne depuis ce matin provoque la colère des habitants du village. Cette structure serait officiellement destinée aux photographes et cameramen venus filmer le Kite Surf Jam qui se tiendra du 30 octobre au 9 novembre prochain. Mais les forces vives déplorent les dégâts possibles à l’environnement marin, d’autant que Le Morne est une zone protégée de par son statut de patrimoine mondial de l’UNESCO. Edley Chimon du Morne Heritage Trust Fund déclare lui que tout a été fait dans la transparence. Ce que conteste Allan Ramalingum, le président du village qui affirme qu’à aucun moment, le conseil n’a été sollicité sur la question.
Environ 500 Russes sont actuellement à Maurice dans le cadre du Kite Surf Jam, devenu un événement annuel réservé aux touristes de ce pays. L’édition 2013 s’annonce grandiose, avec des activités diverses autour de la compétition elle-même. Sauf que depuis ce matin, les habitants du village sont intrigués par la présence de barres de métal érigées sur le récifs.
Les matériaux transportés de la plage laissent comprendre qu’on est en train de construire un échafaudage. Cette structure reposerait physiquement sur les fond marins. Ce qui révolte les forces vives qui se demandent si on a mesuré l’impact sur l’environnement d’une telle installation.
Selon un habitué de la mer, cette construction « se fait carrément sur les récifs. » Il se demande ainsi comment les autorités mauriciennes ont pu accepter une telle chose, surtout que Le Morne est une zone protégée.
Sollicité à ce sujet, Edley Chimon, président du MHTF, confirme avoir donné l’autorisation pour la construction de cette structure. Il affirme toutefois qu’elle ne se trouve pas sur les récifs. « Nous avons également demandé à la MTPA de veiller à ce qu’il n’y ait pas de dégâts causés à l’environnement. »
Edley Chimon ajoute que tout a été fait dans la transparence. « Nous avons eu des discussions avec ceux qui sont susceptibles d’être gênés par la tenue de cette compétition. Les pêcheurs ont ainsi été dédommagés pour les dix jours pendant lesquels ils ne pourront pas travailler. »
Mais les forces vives du Morne n’en démordent pas : « De quel droit le MHTF décide qui a la légitimité de profiter du domaine public ? S’il y a des dégâts causés à l’environnement, c’est tout le peuple mauricien qui en souffre. »
Qui plus est, le conseil de village du Morne ne serait pas au courant des démarches entreprises dans le lagon. « Nous sommes les autorités du village et à aucun moment nous n’avons été mis au courant de la construction d’une quelconque structure sur les récifs. Est-ce que le MHTF a le droit de donner le clearance sans consulter l’autorité du village ? » lance Allan Ramalingum, le président du village.
Ce dernier fait également remarquer que depuis que Le Morne a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, il est interdit de se rendre sur la montagne. « Toutefois, on ne voit aucun inconvénient lorsqu’on vient installer un échafaudage sur les récifs. »
Les forces vives sont d’autant plus inquiètes que le site web de l’organisateur montre un plan du Morne avec la présence du One Eye Lounge, indiqué justement à l’endroit où se tient la construction. Elles se demandent si la plateforme ne servira pas plutôt à une discothèque. D’autant qu’il y a déjà un restaurant russe aménagé spécialement pour l’événement sur le site de la compétition.
Nous avons cherché à avoir la version de la MTPA, partenaire de l’événement sur cette affaire, mais à l’heure où nous mettions sous presse, aucun commentaire officiel n’était disponible.