« How can the Civil Service be a facilitator of Innovation for Mauritius ? » C’est le thème qu’a développé hier le Dr Amit Kapoor, président et CEO de l’India Council on Competitiveness. Il s’adressait aux hauts cadres de la Fonction publique et aux directeurs des corps para-étatiques, au lunch room de l’Assemblée nationale.
« La compétitivité, c’est l’innovation qui mène à la productivité qui, à son tour, mène à la prospérité », affirme Amit Kapoor. Pour innover, dit-il, il importe de « bousculer les valeurs traditionnelles ». Il a suggéré que Maurice améliore son système de transport pour réduire les pertes en productivité.
Lors de son séjour à Maurice, il a présenté un Competitiveness initiative project pour Maurice et la région. Pour cela, deux choses sont essentielles pour le spécialiste en la matière, soit l’établissement d’une competitiveness initiative à Maurice et un processus de recherches pour le développement de toute la région océanique, où les meilleures pratiques des divers pays seraient partagées afin de promouvoir Maurice comme un leader dans la région.
La causerie d’hier était placée sous l’égide du Civil Service College, en collaboration avec le ministère de la Fonction publique.
« Prenons le système éducatif, vous avez eu recours à ce système depuis plus de trente ans… » Il importe, pour le président de l’India Council on Competitiveness, de revoir sa manière de penser. « Vous devez continuellement changer les modèles que vous avez ». La faculté d’innover, poursuit-il, commence à l’école. Prenant un exemple de réactions conformistes de la part d’institutions, il devait témoigner avoir à plusieurs reprises été refoulé de plusieurs endroits à l’étranger dont un hôtel pour y avoir accédé à vélo. Il importe, dit Amit Kapoor, de commencer à voir les choses sous une perspective autre. Cela constitue un talent, dit-il, et le talent « est devenu l’une des plus importantes ressources dans une économie ».
Pour que Maurice atteigne un higher income level, dit Amit Kapoor, il importe que « vous alliez au-delà de l’étape de transition ». « Vous devez vous avancer vers une nation qui tend vers des créateurs d’emploi. Regardez autour de vous. Identifiez les meilleures choses dont vos neuf districts sont capables. Singapour en est un bon exemple. Ils ont fait d’une région une destination pour le shopping, une autre pour le divertissement etc. » Selon lui, le couloir aérien et le shipping corridor qui intéressent le gouvernement sont deux aspects importants qui peuvent avoir des effets multiplicateurs.
Autre aspect à ne pas négliger : la qualité de vie. « Nous parlons toujours du PIB mais nous devons aussi penser au bien-être des gens. La fonction publique, le gouvernement et le secteur privé ont un rôle à y jouer. Le bien-être humain doit être pris en considération, en partant des besoins basiques : l’alphabétisation des adultes, la liberté d’expression… Si vous avez tout cela, le PIB sera correct ».
Instituer des centres de recherches comme à Boston ou à New York pour se pencher sur les domaines de développement a son importance. Mais, dit-il, « la question est sur quoi travaillerons-nous ? » Ce qui est unique à Maurice, aux yeux d’Amit Kapoor, ce sont les ressources agricoles abondantes et la localisation stratégique, à proximité de l’Afrique. Il y a aussi sa biodiversité et ses paysages. Amit Kapoor propose d’améliorer le système de transport afin de réduire les pertes en productivité.
Intervenant à l’occasion de cette causerie, le ministre de la Fonction publique, Alain Wong, a estimé que le thème choisi est en harmonie avec la vision économique 2030 véhiculée par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Il a invité tous les chefs de départements de la Fonction publique à pourvoir les formations requises à leur personnel dans cette perspective d’innovation. « If we do not innovate, we’ll evaporate ! »