Maurice est le pays africain disposant des meilleures infrastructures touristiques mais le pays se trouve aussi parmi les destinations les plus onéreuses à l’échelle africaine. C’est ce que révèle l’édition 2017 de l’indice mondial de la compétitivité touristique, rendu public récemment par le Forum économique mondial (WEF).
Le classement des destinations africaines disposant des meilleures infrastructures touristiques est basé sur quatre indicateurs, soit le nombre de chambres d’hôtels, la qualité des autres infrastructures touristiques, la présence des grandes compagnies spécialisées dans la location de voitures et le nombre de distributeurs automatiques de billets. Dans le classement mondial, Maurice occupe la 36e position alors qu’au niveau du continent africain, sur les 34 pays étudiés, Maurice devance le Cap Vert (52e au plan mondial), l’Afrique du Sud (59e), la Tunisie (69e), la Namibie (73e), le Maroc (80e), le Botswana (84e), l’Égypte (93e), le Kenya (95e) et le Sénégal (98e).
Selon un autre classement concernant les destinations touristiques africaines les plus compétitives, Maurice se classe loin derrière ses concurrents du continent, occupant le 32e rang, alors qu’à l’échelle mondiale, le pays pointe à la 116e position. L’Égypte, indique le WEF, est le pays pratiquant les prix les plus compétitifs. Ce pays se retrouve à la 2e place dans le classement mondial derrière l’Iran. Pour les besoins de son classement, le WEF prend en compte quatre critères : les taxes sur les voyages et le transport, le prix moyen d’une chambre d’hôtel, la parité du pouvoir d’achat et les prix de vente au public du carburant.
À l’échelle continentale, l’Égypte précède l’Algérie qui, elle-même, occupe le 4e rang mondial. Puis on retrouve la Tunisie (9e mondial), le Botswana (13e), le Gabon (25e), la Namibie (30e), la Tanzanie (34e), la Gambie (36e), l’Afrique du Sud (43e) et le Maroc (47e). Analysant la situation, l’agence Ecofin observe que « de façon générale, les destinations africaines les plus chères ne sont pas nécessairement mal classées dans l’indice général de la compétitivité touristique à l’échelle planétaire, qui se base sur 14 indicateurs, dont la sécurité, la santé et l’hygiène, l’ouverture sur le monde, la valorisation des ressources naturelles, le marketing touristique, le niveau des prix et les infrastructures routières et aéroportuaires ». Maurice, fait-on ressortir, est certes l’une des destinations les plus chères en Afrique, mais le pays est 2e au niveau continental pour ce qui est de la compétitivité touristique.
Rappelons que dans l’édition 2017 de l’indice de compétitivité touristique, c’est l’Espagne qui rafle la première place, précédant la France, l’Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni. S’agissant du classement africain, l’Afrique du Sud est première devant Maurice, le Maroc, l’Égypte et le Kenya.