Avec l’amorce du troisième trimestre et les examens de fin de cycle primaire et secondaire, les scolaires seront sans doute nombreux à avoir recours à des suppléments alimentaires. Que ce soit pour faire face à la pression ou optimiser la mémoire, tout sera fait pour mettre tous les atouts de son côté pour réussir ces épreuves. Le point avec la nutritionniste Diane Desmarais et le neurologue Dominique Lam.
Le marché mauricien regorge de produits destinés à booster la mémoire, sous forme de gélules, de comprimés, en poudre ou sous quelque autre forme, en pharmacie comme dans les grandes surfaces. Mais il ne faut pas s’arrêter à cela. Si vous vous préparez pour un examen, il vous faut bien organiser votre travail, adopter une bonne hygiène de vie et avoir une alimentation saine et équilibrée. Ce sont les meilleurs moyens d’être en forme et avoir une bonne mémoire, soulignent le Dr Lam et Diane Desmarais. Il faut également bien se mettre en tête que les différents produits disponibles ne sont que des compléments alimentaires.
La prise de ces produits n’est pas si futile. Selon Diane Desmarais, un complément alimentaire bien dosé, avec des formules facilement absorbables, est très efficace. “Pour la mémoire, nous proposons des formules avec du magnésium, du ginkgo biloba, du ginseng, de l’oméga-3 (huile de poisson sauvage), de la lécithine, des vitamines B et de la choline.” Mais pour avoir une mémoire d’éléphant, la nutritionniste préconise le sommeil avant tout : huit heures par jour. Pour elle, l’idéal serait même de se coucher au plus tard à 22 h. Adieu donc les longues soirées devant sa télé ou son ordinateur.
Hygiène de vie
Diane Desmarais conseille aussi la consommation d’aliments comme le poisson, surtout les petits poissons gras (sardine, hareng, maquereau), riches en oméga-3, mais aussi du riz complet, du quinoa et d’autres céréales complètes pour les vitamines B. À ne pas négliger non plus, les légumes verts, pour le magnésium. Elle suggère également des repas et collations bien étalés pendant la journée pour nourrir le cerveau en glucose (il a besoin de 150 g par jour). Une fois ces conditions réunies, des compléments alimentaires adaptés, bien dosés et bien formulés peuvent être envisagés.
Pour le Dr Lam, une bonne hygiène de vie, une alimentation équilibrée et des exercices réguliers (une demi-heure par jour) pour oxygéner le cerveau suffisent pour être en forme et avoir une bonne capacité de mémorisation. Il suggère d’avoir un bon environnement de travail qui aide à créer une atmosphère saine. Le stress est à éviter également car il bloque le cerveau et ne permet pas de bien réfléchir et de trouver les bonnes idées au bon moment. Il ne faut pas non plus s’inquiéter des trous de mémoire, laisse entendre le neurologue. “L’oubli est un phénomène physiologique. Notre capacité de retenir les choses diminue avec l’âge.”
Mémorisation
Chaque personne possède sa propre capacité de mémorisation et chacun doit trouver sa technique personnelle. Par exemple, si quelqu’un a une mémoire visuelle, il lui est conseillé de noter ou de souligner les choses qu’il veut retenir. Pour ceux qui ont une mémoire auditive, la lecture à haute voix est recommandée. “On peut aussi trouver de petites astuces, comme des mots ou autres, qui facilitent la mémorisation.” Pour les sujets plus complexes et qu’il est difficile de retenir dans leur globalité, il est recommandé de bien connaître les en-têtes et l’essentiel. “C’est dans la salle d’examen qu’on va élaborer sur le sujet.” Mais il ne faut pas négliger non plus des révisions régulières de ses notes.
Selon le neurologue, cela ne sert à rien de travailler plusieurs heures d’affilée pour rattraper son retard. Au bout d’un certain temps, le cerveau arrête d’emmagasiner les informations. “Pour bien mémoriser les choses, il ne faut pas travailler plusieurs heures d’affilée sans se reposer et sans faire une synthèse de ce qu’on a appris ou lu. Une évaluation régulière du travail accompli permet de mieux assimiler les choses et les retenir.” Une autre façon de mieux mémoriser les informations est d’apprendre à aimer ce qu’on fait.
Risques
La prise de compléments alimentaires n’est pas contre-indiquée. Mais lorsqu’il s’agit de plantes (ginseng, ginkgo biloba, par exemple), il faut tout de même faire attention aux interactions médicamenteuses si on prend déjà des médicaments allopathiques pour fluidifier le sang ou des antidépresseurs, souligne Diane Desmarais. Cela afin d’éviter les formules qui n’iraient pas avec les prescriptions existantes. “En général, la prise de compléments alimentaires ne pose aucun problème, sauf si on en prend à forte dose pendant trois mois ou plus.” Les risques d’excès de compléments alimentaires sont rares, les aliments modernes étant appauvris en nutriments, précise la diététicienne.
Pour le Dr Lam, la prise de compléments alimentaires ne sert à rien si on n’a pas une bonne hygiène de vie. Ce qui rejoint les propos du Dr Michel Dib, neurologue français. Dans un entretien accordé à e-santé.fr, ce dernier a déclaré qu’il n’existe pas de médicaments capables d’améliorer la mémoire, la concentration ou la capacité de travail des étudiants. Il recommande plutôt la prise de vitamine C pour lutter contre la fatigue, ainsi que le repos, qui facilite le processus de mémorisation. Sur le même site (e-sante.fr/memoire-concentration-astuces-pour-reussir-ses-examens), on peut également trouver des informations pour fortifier sa mémoire à travers son alimentation. À lire sans modération…