L’usine Solid Waste Recycling, à La Chaumière, a reçu la visite d’une délégation de Haïti, de la Jamaïque, des îles Cook, Ste-Lucie et des Caraïbes, entre autres, durant le week-end écoulé. Ces délégués étrangers « sont venus voir comment on traite nos déchets qui représentent une menace pour notre environnement, car ils produisent des gaz à effet de serre », explique le Chief Executive Officer (CEO) de cette entreprise, Patrick Maurel.
Les membres de cette délégation ont participé cette semaine à Maurice à une conférence régionale sur les Petits États insulaires en développement (PEID). Ces pays sont confrontés à un risque supérieur de marginalisation de l’économie mondiale bien plus que d’autres pays en développement. Au total, 52 pays où vivent plus de 50 millions de personnes, sont classifiés en tant que PEID.
C’est grâce à une technologie achetée de la firme indienne Excel et qui s’adapte parfaitement au système de ramassage d’ordures à Maurice, que Solid Waste Recycling procède au compostage des déchets. Une centaine de tonnes métriques d’ordures sont quotidiennement transportées par camion jusqu’à l’usine. Elles sont déchargées et pesées sur une plateforme où l’on leur enlève tout ce qui est encombrant tels les objets en métal, entre autres. L’inoculation des déchets par une bactérie naturelle se fait en cet endroit, accélérant le compostage. En 24 heures, la température des déchets passe à 70 degrés. L’humidité est aussi contrôlée afin d’assurer un bon compostage : des tests sont effectués au laboratoire de l’usine. Les déchets sont retournés à intervalles de sept jours pour une bonne ventilation. Trié mécaniquement, le compost est ensuite ensaché dans des conditionnements de 5 kg et de 25 kg, puis placés sur le marché.
Le CEO Solid Waste Recycling compte agrandir sous peu son usine afin de pouvoir accueillir les 180 000 tonnes métriques de déchets que le gouvernement lui a octroyées. Une nouvelle plateforme de 6 000 mètres carrés sera construite et environ 150 personnes seront recrutées.