Pour leur premier concert à Maurice, le groupe californien Groundation n’a pas réuni une grand foule vendredi dernier au centre Swami Vivekananda. Une bonne ambiance a régné tout le long du concert. Un spectacle d’à peine plus d’une heure qui peut être résumé en un savant mélange de reggae et de jazz, où l’apport des cuivres est aussi fort que celui de la guitare du chanteur. Une musique qui transmet des messages de paix, de spiritualité devant un public composé majoritairement de jeunes.
Groundation est considéré comme l’un des meilleurs groupes de la scène reggae actuelle. Les Californiens, avec à leur tête Harrison Stafford, plonge leur public dans les racines du rastafarisme qui est, plus qu’une philosophie, une façon d’être et de vivre. Des musiciens issus d’univers différents mais orientés tous vers un même but. Le répertoire du groupe a été une sélection de ses chansons les plus connues de ses anciens albums, notamment One more time, qui a vu, lors du concert de vendredi dernier, le public chanter en choeur avec Harrison Stafford. Le chanteur et les musiciens semblent vouer à leur public un respect que ce dernier leur a bien rendu.
Brillamment accompagné par les musiciens Scott Ferguson, Marcus Urani, Ryan Newman, David Chachere, Te Kanawa Haereiti (Rufus), et Mingo Lewis Jr., le chanteur Harrison Stafford a galvanisé le public, réceptif dès son entrée. Avec des parties instrumentales remarquables et la voix exceptionnelle du chanteur et de celles des choristes Kim Pommell et Jhamiela Smith, ces artistes consommés ont conquis l’admiration d’un public très enthousiaste. Chaque membre du groupe a fait profiter aux spectateurs un moment instrumental exceptionnel en jouant chacun un solo. On ne peut que regretter la durée trop courte du concert : les 90 minutes du spectacle ont filé à la vitesse de la lumière.