Un concert 100% Féminin et 100% live, dans une ambiance endiablée et festive. Quatre voix uniques, quatre univers musicaux. Caroline Jodun, Nancy Desrougère, Laura Beg-Ramanisum et Linzy Bacbotte-Raya, quatre talentueuses femmes ont décidé de faire se rencontrer leurs voix et leur talent pour un unique concert au J&J Auditorium. Un concert pour la bonne cause, qui servira à financer des cours de chant pour 20 enfants. Les quatre femmes ont conquis.
La chorale de Sing Again assure l’ouverture du concert devant une salle comble et en mouvement. L’occasion pour les élèves de Linzy Bacbotte-Raya de montrer ce qu’ils ont dans le ventre. L’énergie est au rendez-vous sur scène comme parmi les spectateurs, les artistes assurent, le son est bon. Le temps d’interpréter des chansons connues revisitées (La rivière tanye, entre autres) et après une dizaine de minutes, c’est au tour des têtes d’affiche de la soirée d’entrer sur scène. Un quatuor spectaculaire qui chante le respect de la femme. Des voix exceptionnelles, avec des duos de choc, un mélange de miel et de gingembre porté par les notes des musiciens, dix au total qui accompagnent les stars de la soirée. Séga d’ambiance, séga love, slow et reggae, le répertoire de ces femmes ont séduit les spectateurs, qui ne peuvent plus s’asseoir tant la musique et les chansons les emportent. Durant les trois heures du concert, le public a dansé et chanté en choeur les différents titres interprétés.
À chacune des voix, une émotion différente. Les titres s’enchaînent. Caroline Jodun, de sa voix suave et mélodieuse, a ému le public avec notamment Fam Amourez, ou encore Leker soufer. Le public n’est pas resté insensible non plus avec les titres plus connus et rythmés de Nancy Desrougère. Entre autres, Kan tambour bate et Roule roti, des ségas qui ont fait bouger tous les spectateurs. La diva séga a aussi interprété un morceau de son dernier album: Je t’aime plus fort. La voix grave et sensuelle de Laura Beg-Ramanisum a résonné dans le J&J auditorium pour le plus grand bonheur des tympans, avec son incontournable L’immensité l’amour et son célèbre Inna dancehall time. Elle a su mettre l’ambiance et communiquer avec le public qui s’est montré très réceptif. Linzy Bacbotte-Raya n’a pas déçu avec sa voix exceptionnelle. Enchaînant titres et registres différents, elle a rendu hommage à la femme avec Fam exempler et Elle pleure, Soleil, Sakenn so valer. Plusieurs duos se sont fait entendre durant la soirée, mettant en avant le talent de chacune.
Un hommage a été rendu à Noël Jean et à d’autres artistes aujourd’hui disparus : Kaya, Ras Tilang et Berger Agathe. Le quatuor a présenté sur scène Ludmila, qui de sa voix à en couper le souffle mérite d’être connue du grand public. Et pour clore le concert, les quatre femmes ont interprété un medley de leurs chansons.