Rama Poonoosamy, le directeur de l’agence Immedia, a confirmé mercredi, au cours d’une conférence de presse, qu’il avait lui-même demandé à la chanteuse Susheela Raman de modifier son répertoire à la veille de son concert du samedi 26 mai au Mahatma Gandhi Institute. Cette interdiction imposée à la chanteuse d’interpréter les morceaux Paal et Ennapane fait suite à une rencontre qu’il avait eue le mardi 22 mai avec six représentants d’une organisation socioculturelle. Ces derniers avaient exprimé des réserves concernant les morceaux Paal et Ennapane, figurant sur le dernier album de Susheela Raman, Vel. Ces deux chansons sont généralement reprises lors de la fête Cavadee.
Rama Poonoosamy soutient avoir précisé aux représentants de l’association que l’agence Immedia n’organise pas de concerts comprenant l’interprétation de chants religieux et a ainsi donné son accord pour que, lorsqu’il rencontrerait Susheela Raman à Maurice, il lui proposerait d’interpréter des morceaux de ses cinq albums et de faire l’impasse sur Paal et Ennapane. « J’ai considéré que la requête de ces représentants n’était pas déraisonnable et j’ai pris la responsabilité de demander à l’artiste de ne pas interpréter ces deux morceaux », déclare-t-il.
Rama Poonoosamy a également tenu à préciser qu’il n’a subi aucune pression à ce sujet, et ni reçu de menace à propos d’une éventuelle annulation du concert. « Il y a une différence d’opinion sur la signification du sacré, mais il n’y a eu aucune pression », affirme Rama Poonoosamy. Il a ainsi fait allusion à la citation de Rosa Luxemburg : « La liberté, c’est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »
Le directeur de l’agence Immedia rejette ainsi avec force le mot « censure » et parle plutôt d’« accord » concernant l’interdiction de Paal et Ennapane. Il a par la suite expliqué en détails les circonstances de sa demande à la chanteuse.
Le vendredi 25 mai, soit à la veille du concert, Susheela Raman et son équipe débarquent à l’hôtel Long Beach, exténués après un long voyage. « J’ai juste eu le temps de mentionner qu’on ne souhaitait pas qu’elle interprète les deux morceaux Paal et Ennapane. Elle a paru très étonnée et a ensuite regagné sa chambre pour se reposer avant la conférence de presse prévue dans l’après-midi. » Lors de cette rencontre avec la presse, Susheela Raman a précisé qu’elle interpréterait des morceaux de ses albums et que le choix de ces titres dépendra du mood et de la réaction du public. Après le dîner, une nouvelle rencontre entre Rama Pooonoosamy et la chanteuse a eu lieu, au cours de laquelle Susheela Raman a informé l’organisateur que Paal faisait partie de son répertoire et que si elle avait été mise au courant de cette interdiction, elle aurait modifié son répertoire et sollicité le soutien d’une autre équipe de musiciens.
À la suite de l’interdiction imposée par l’organisateur, Sam Mills, le musicien et partenaire de Susheela Raman, devait déclarer à Rama Poonoosamy le jour du concert qu’après réflexion, ils avaient décidé d’accepter under protest de ne pas interpréter Paal et d’observer par conséquence une minute de silence en signe de protestation au cours du concert. « J’ai trouvé cela élégant et éloquent », devait préciser Rama Poonoosamy.