En 1989 ce fut la première fois que le grand public entendit le Seggae, grâce au concert donné par Kaya, à Roche-Bois. 25 ans après, dans ce faubourg où tout a commencé, cet artiste qui a apporté du renouveau dans la musique locale fera l’objet d’un concert hommage le 7 juin 2014, à partir de 18 h jusqu’aux petites heures du matin. De Ras Natty Baby, pionnier du Seggae avec Kaya à Racinetatanne, en passant par Tian, Ras Mayul ou encore Natir Chamarel, de nombreux seggaemen seront sur la scène du Stade Kaya pour célébrer, le temps d’une soirée, le quart de siècle du seggae. « La nuit du seggae: 25 an seggae zwe » promet d’être un concert exceptionnel.
Live N Direk Entertainment et Zanfan Roche Bois, en collaboration avec le Mouvement Pour le Progrès de Roche-Bois (MPRB), a choisi la Cité Seggae pour célébrer l’anniversaire de cette musique 100% mauricienne.
Les anciens compagnons de Kaya, Racinetatanne, Ras Natty Baby, Natir Chamarel, Tian, Ras Mayul, Bruno Raya, Blakkayo & Solda Kaz Bad, Linzy
Bacbotte, Ras Minik & Cool Is I, Jerry and The Resistance, Small Axe et Ras Poldo seront réunis sur la même estrade où le seggae a résonné pour la première fois, il y a 25 ans. Les billets sont en vente à Rs 100 dans tous les magasins Habit, au Paradize Burning (Curepipe), chez Ti Pierre (Roche Bois), Graphics & Prints (Grand-Baie), Master Sound (Bambous), Harbour Music (Rose-Hill & Port-Louis) et Dodo Music (Mahébourg). L’entrée sera gratuite pour les enfants de moins de 10
ans mais ils devront être accompagnés d’un adulte sinon l’accès leur sera refusé. Il y aura des échoppes de nourriture à l’intérieur du stade.
Pour les organisateurs, il était important de fêter cet anniversaire pour montrer que « le seggae n’est pas mort est ne mourra jamais ». Une première édition, pour Bruno Raya, car il compte bien renouveler l’évènement. « Le seggae est 100% mauricien; il a apporté une unité nationale et a réuni toutes les communautés. Il a été créé pour militer pour une île Maurice meilleure et contre l’exclusion. Le seggae a ainsi contribué économiquement, musicalement, socialement et spirituellement », ajoute Bruno Raya.