Ti lamok, Pik so ourit, Kas kabinn… Groupe phare des années 80/90 avec son zouga très rythmique, le groupe Windblows fait son come-back sur la scène lors d’un cabaret prévu le samedi 2 juin au Zone Art à Plaine Lauzun. Ses deux membres fondateurs, Désiré Saramandiff et Sylvio Lynx, proposeront les morceaux les plus connus du groupe, en collaboration avec d’autres vieux briscards du séga que sont Inno Nakeed, Marie-José Couronne, Balik Taroo et Steve Augustin.

Nous les avons rencontrés aux Salines. Les membres fondateurs de Windblows, visages souriants, ne cachent pas leur joie de se retrouver. L’amitié et la complicité entre les deux compères n’ont pas pris une ride : chacun va jusqu’à compléter les phrases de l’autre. Désiré et son clavier, Sylvio et sa guitare : un cocktail Molotov qui a créé un son original pour habiller le séga, faisant danser toute l’île Maurice dans les années 80/90. Le groupe se distinguait également par ses habits colorés aux influences africaines.
S’ils ont décidé de revenir au-devant de la scène, c’est surtout pour répondre à l’appel du public. “Le public nous réclame depuis de nombreuses années. Nous nous sommes sentis investis d’une mission : celle de répondre à cet appel”, confient Désiré Saramandiff et Sylvio Lynx, les deux membres fondateurs de Windblows. Le samedi 2 juin, le groupe renaîtra de ses cendres pour se rappeler aux bons souvenirs de son public. “Nou pe teste terin. Si tou mars korek, nou pou fer enn zafer pli gran e nou pou sey ramenn bann lezot mam Windblows.”

Zouga.

Les fans redécouvriront les tubes tels que Ti lamok, Kas kabinn, Pik so ourit, Marsan bazar, Voisin voisine, Zanfan lan 2000 et Sa nou séga, sur lesquels toute l’île a dansé. À leurs côtés, Inno Nakeed, Marie-José Couronne, Balik Taroo et Steve Augustin, qui interpréteront des morceaux de Windblows. “Windblows ki ti amenn zot lor marse”, souligne Sylvio Lynx, en se référant aux trois premiers. Il faut savoir que de nombreux artistes sont passés par la case Windblows. Gérard Louis, Alain Ramanisum et Mario Justin, entre autres, ont tous évolué sous les couleurs du groupe avant d’aller voir ailleurs.
Avec tous ces tubes répartis sur cinq albums, le groupe Windblows a longtemps été numéro un du séga mauricien. Ils proposaient un séga très rythmique qui les rendait populaires et sur lequel les Mauriciens dansaient en se donnant à cœur joie. “Nou ti invant enn nouvo fason zwe sega. Sa ti kes la ti kouma dir enn piman konfi. Samem ki donn sa ritm-la, la gitar mars ansam. Apre sa seksion kwiv la swiv, donn li sa kouler diferan la”, souligne Sylvio Lynx.
Le groupe s’est fait un nom avec le zouga, contraction de zouk et de séga. Rythme que l’on retrouve notamment dans le morceau Ti lamok. Les deux compères se souviennent de leurs belles années au sein du groupe avec une certaine nostalgie. “À cette époque, nous jouions partout dans l’île dans des cabarets. Nous avions un public qui nous suivait. La vente d’albums atteignait des sommets.”

De la variété au séga.

L’histoire des Windblows prend racine dans des prestations à l’hôtel. Après de nombreuses années à jouer dans différentes formations, Désiré Saramandiff et Sylvio Lynx décident de former leur propre groupe. Quelques musiciens les rejoignent, puis s’en vont. Quelque temps après, José Jadoobindoo et Mario Immouche seront de la partie. Bien plus tard, Henry Bazile rejoint la troupe. C’est “Young Kev” qui leur donne le nom de Windblows, tout en leur cédant son studio pour les répétitions.

À sa création, le groupe ambitionnait de faire de la variété dans les hôtels. “C’est Damoo qui nous incite à faire du séga pour accompagner des chanteurs.” La machine se met en marche. Jean-Claude Gaspard, Roger Clency, Denis Azor, Tian Corentin et le Réunionnais Gilbert Lebon sollicitent les Windblows pour les accompagner. Des tournées à l’étranger sont organisées, notamment avec Jean-Claude Gaspard. Ensuite, l’envie de créer ses propres albums gagne le groupe, qui commence alors à se révéler.
Les billets pour assister à la soirée sont à Rs 400. Renseignements et réservations : 59-22-94-52 / 57-69-84-29.