Ce soir à 19 h aura lieu la finale du concours de chant de Noël, organisé par le centre Nelson Mandela pour la culture africaine, au Caudan. Une manifestation qui rassemble des gens de différents milieux et de toutes générations autour de la nativité imprégnée d’une touche locale.
Tous ceux et celles qui passeront leur soirée au Caudan vivront la magie de Noël, ce soir à partir de 19 h, à travers l’imaginaire de ceux sélectionnés pour la finale du concours de chants de Noël, organisé par le centre Nelson Mandela pour la culture africaine. Les trois chorales sélectionnées pour cette 9e édition du concours sont : la Chorale Ste-Thérèse de l’Enfant Jésus Cité La Cure ; Nou tou zanfan bondié, de Quatre Bornes ; et B. D. Eon de Bois d’Oiseaux, de Flacq.
Prestation vocale, costumes et représentations scéniques sont les trois axes qui seront jugés. Les trois chorales mettent donc les bouchées doubles pour répondre au mieux à ses exigences. Les répétitions s’enchaînent à la veille de leur prestation.
« Ce n’est pas notre première participation. Nous avons décroché le 2e prix à quatre reprises », fait ressortir Wilby Clair, responsable de la Chorale Ste-Thérèse de l’Enfant Jesus, qui compte 32 enfants âgés de 8 à 15 ans. Notre interlocuteur précise toutefois qu’une partie de la chorale se renouvelle tous les ans. « Il y a des enfants qui partent et d’autres qui nous rejoignent », dit-il. Pour le responsable de la chorale, la préparation et la participation à ce concours sont une manière constructive pour les enfants de passer les vacances. « On en profite. J’écris le texte et la musique et pendant tout un mois, les enfants répètent les lundis, jeudis et samedis ». Âgé de 55 ans, Wilby Clair est employé dans la construction. Guitariste et parolier, il a été invité à jouer à l’église lorsqu’il avait 18 ans. Depuis, il s’est intéressé à la religion et écrit des textes religieux qu’il met en musique.
Le groupe Nou tou Zanfan Bondie, constitué d’adultes, en est à sa première participation à ce concours. « Chacun fait déjà partie d’une chorale et nous sommes issus de différents mouvements de l’église : Zezi vrai zom, Le regard de Jésus sur la Mauricienne et le Renouveau charismatique. C’est à travers ces rencontres, depuis 8 ans, que des idées ont germé et cette année, nous avons sorti un CD méditatif en mai. Nous faisons aussi du travail social. Nous sommes à notre première participation à ce concours », avance notre interlocuteur. Il fait aussi ressortir que le groupe a travaillé sur le texte il y a deux mois.
Le troisième groupe sélectionné compte surtout des jeunes. « Le groupe a vu le jour il y a trois ans avec pour but de valoriser les jeunes de Bois d’Oiseau, une localité peu connue où il n’y a rien pour l’épanouissement des jeunes. Nous travaillons pour que les jeunes aient leur place dans la communauté et nous avons le soutien de la paroisse dans cette entreprise. Nous ne faisons pas que du chant. Nous organisons des sorties, des activités sportives et nous faisons du travail social. En septembre, nous avions organisé un grand concert », indique Nadine Janvier, cheville ouvrière du groupe et étudiante à l’école des Beaux-Arts du Mahatma Gandhi Institute (MGI). Ainsi, après la réussite de ce concert, notre interlocutrice et un de ses confrères Didier, qui a travaillé avec les jeunes du groupe, ont décidé de les inscrire au concours. « Nous sommes cinq personnes à avoir travaillé sur le texte de la chanson qui parle de Noël à Maurice, vu par différentes personnes, dont ceux qui sont tristes et qui ne le vivent pas vraiment », soutient-elle.
Ce soir, ce sera l’occasion pour tous ceux qui le souhaitent de découvrir ces textes sur Noël aussi bien en anglais, en français ou en créole. La soirée démarrera à 19 heures pour prendre fin à 22 heures.